DIA | Briguant la menace de grève : des transporteurs privés exigent l’augmentation des tarifs
51935
post-template-default,single,single-post,postid-51935,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Briguant la menace de grève : des transporteurs privés exigent l’augmentation des tarifs

DIA-09 juin 2020: Le dé-confinement prévu le 14 juin avec la probable reprise des transports  en commun et des taxieurs, pose déjà un grand problème. Des transporteurs privés auraient même menacé de ne pas reprendre du service malgré un arrêt et un manque à gagner de trois longs mois, dû au confinement sanitaire.

Les différentes associations des transporteurs sont actuellement en concertation afin d’adopter une position commune quant à la dernière décision d’augmenter les prix des carburants.

Le gasoil, carburant utilisé par la quasi-totalité des transports en commun ou des taxieurs, a enregistré la plus haute augmentation, à savoir 5 dinars. Ces augmentations sont entrées en vigueur jeudi dernier, après la publication de la Loi de finances complémentaire au Journal officiel.

Le président de l’Union nationale des transporteurs (UNAT), Mohamed Bellal, a été sollicité par plusieurs transporteurs et associations afin de prendre attache avec le ministère des Transports en vue d’augmenter les prix des tickets de transports et les tarifs des taxis.

Selon le protocole arrêté en vue de la reprise des transports, les autobus ne pourront transporter que la moitié de la capacité de l’autobus, c’est-à-dire un passager pour deux sièges. En plus du manque à gagner du fait du nombre de passager à transporter, le prix du gasoil a augmenté d’où l’exigence des transporteurs de revoir les prix à la hausse.

En somme, c’est le citoyen qui trinque dans la mesure où ce sont eux qui supporteront une éventuelle augmentation des prix de transport, ce qui affectera davantage le pouvoir d’achat.

Mohamed Nassim  

0Shares