DIA | Conflits Zetchi-Raouraoua-Yahi : l’impérative nécessité de procéder à un grand nettoyage de la famille du football
60421
post-template-default,single,single-post,postid-60421,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Conflits Zetchi-Raouraoua-Yahi : l’impérative nécessité de procéder à un grand nettoyage de la famille du football

DIA-06 avril 2021: L’assemblée générale ordinaire de la FAF qui a approuvé lundi les bilans moral et financier de l’équipe fédérale sortante sous la conduite de Kheireddine Zetchi, a prouvé une nouvelle fois que le football national ne tourne pas rond. Malgré les réserves et interrogations suscitées en raison des dépenses de la FAF, le bilan financier a été adopté à l’unanimité. C’est dire qu’il y a une complicité entre les dirigeants de la FAF et les autres dirigeants des clubs et des ligues qui représentent la composante de l’AG de la FAF.

Les bilans ont été adoptés sans débat ou critiques, sachant que des membres de l’AG qui avaient voulu émettre des réserves sur les finances de la FAF, à l’exemple du président de la JS Saoura  (Zerouati), ont été empêchés de s’exprimer.

L’adoption des ces bilans restera une tache noire pour les membres de l’AG de la FAF, lesquels représentent le mal du football. A cause de ces dirigeants, les clubs algériens ne forment plus de joueurs, l’équipe nationale étant constituée essentiellement de joueurs évoluant à l’étranger.

En ce sens, il est devenu impératif de changer la composante de l’AG d’où la nécessité d’élire un président qui marquera la rupture avec ces dirigeants qui revoient une image négative du football algérien.

A ce titre, l’annonce de la candidature de Antar Yahia à la présidence de la FAF s’inscrit dans cette logique. Antar Yahia marquera la rupture avec les actuels dirigeants qui gravitent autour du football national depuis plus de 20 ans, avec des résultats calamiteux. A cela s’ajoutent la corruption  qui gangrène le football national. Une corruption qui se pratique dans la transparence et l’impunité !

En ce sens, le mal du football est incarné par les conflits Zetchi-Yahi-Raouraoua.

Les trois hommes se sont opposés lors de l’AGO de ce lundi et leurs conflits reflètent toute la profondeur du football algériens. Ils s’accusent de corruption et de mauvaise gestion. Le salut du football algérien passe inévitablement par le départ de ces hommes qui ont beaucoup nui à la balle ronde algérienne. Leur départ entrainera aussi le départ des membres de l’AG de la FAF. Vivement l’élection de Antar Yahia pour marquer la rupture avec une génération vieillissante qui s’oppose au changement pour préserver ses intérêts au détriment de ceux du football national.

Nassim Fateh

2 Comments

  • Mellah hocine
    6 avril 2021 15:39

    De prime abord, est ce que les textes de la FAF permettent la candidature de Antar Yahia ? Les vautours qui ont mis cette FAF entre leurs mains ont tout verrouillé. Le football algérien doit être nettoyé de tout ce personnel vorace.
    Du moment que l’argent continue de couler à flot , les Zetchi, Raouraoua et autres Bahloul doivent quitter ce football Algérien qui leur a rempli les poches.
    L’assemblée générale de la FAF doit subir un lifting profond pour donner la chance à d’anciens internationaux Algériens , comme les Fergani, Guendouz, Belloumi, Menad, Ighil, Cerbah et tant d’autres , pour redonner un nouveau souffle à cette institution et au football Algérien .

  • Frakis
    8 avril 2021 20:13

    Yahi c’est un grand joueur sérieux bon gestionnaire il mérite d’être président de la faf.

Envoyer un commentaire