DIA | Décès de l’ami de la Révolution algérienne Roberto Muniz dit « Mahmoud l’Argentin »
70463
post-template-default,single,single-post,postid-70463,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès de l’ami de la Révolution algérienne Roberto Muniz dit « Mahmoud l’Argentin »

DIA-12 novembre 2022: L’ami de la Révolution algérienne, membre de l’Armée de libération nationale (ALN), Roberto Muniz dit « Mahmoud l’Argentin » est décédé, a-t-on appris samedi auprès du ministère des Moudjahidine et des Ayants-droit.

Le défunt a rejoint les rangs de la Guerre de libération nationale en 1959. Il a eu ses premiers contacts avec les émissaires du Front de libération nationale (FLN) à Buenos Aires en 1956 alors qu’il était secrétaire général du Parti ouvrier argentin. Il contribua à l’internationalisation de la cause algérienne et de la Révolution.

Imprégné de la Révolution algérienne, feu Roberto, dit « Mahmoud », rejoint les rangs de l’ALN pour s’occuper de l’aspect technique de la fabrication d’armes, avant de s’installer à Alger, au lendemain de l’indépendance.

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé samedi un message de condoléances à la famille du militant et moudjahid, membre de l’Armée de libération nationale (ALN), Roberto Muniz, dit « Mahmoud l’Argentin ».

« C’est avec une profonde affliction et une immense tristesse que j’ai appris la nouvelle de la disparition de l’ami de la Révolution, membre de l’Armée de libération nationale, Roberto Muniz, dit +Mahmoud l’Argentin+, qui a rejoint les rangs de la Glorieuse guerre de libération nationale en 1959, après avoir établi des contacts avec les émissaires du Front de libération nationale à Buenos Aires, la capitale de l’Argentine, en 1956 », a écrit le président de la République dans son message de condoléances.

« En cette triste occasion et en me remémorant avec ses compagnons moudjahidine, sa contribution dans les rangs de l’Armée de libération nationale et son dévouement pour l’Algérie, pays où il avait choisi de vivre au lendemain de l’indépendance, je présente à sa famille, ainsi qu’à ses proches en Algérie et en Argentine mes condoléances les plus attristées et mes sincères sentiments de compassion, priant le Tout-Puissant de les assister et de leur prêter patience et réconfort », a conclu le Président Tebboune.

En cette douloureuse circonstance également, le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Laïd Rebiga a présenté ses sincères condoléances et exprimé sa profonde sympathie à la famille du défunt et à ses proches en Algérie et en République amie d’Argentine, ainsi qu’à tous ses camarades Moudjahidine et compagnons de la Révolution, priant le Tout-Puissant de l’accueillir en son vaste paradis, et de prêter à ses proches patience et réconfort.

Avec la disparition de ce « symbole », l’Algérie perd « un ami de la Révolution, un militant farouche et un grand Moudjahid », a affirmé le ministre.

Envoyer un commentaire

0Shares