DIA | Farida Saboundji l’icone de la télévision et du cinéma algérien s’est éteinte
69608
post-template-default,single,single-post,postid-69608,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Farida Saboundji l’icone de la télévision et du cinéma algérien s’est éteinte

DIA-17 septembre 2022: La comédienne Farida Saboundji, une des figures marquantes du cinéma et du théatre algérien connue notamment pour ses rôles dans les feuilletons télévisés, est décédée samedi à l’âge de 92 ans, a-t-on appris auprès du ministère de la Culture et des Arts .

Née en 1930, Farida Saboundji, est l’une des actrices les plus appréciées et célèbres pour ses performances singulières, alliant gestuelle et parole et surtout son accent « algérois » dans ses nombreux rôles de « Dame de fer » qu’elle incarne admirablement.

Avec un long parcours de 50 années vouées au théâtre et au petit écran, la comédienne qui a commencé sa carrière artistique à l’âge de 13 ans  dans le théâtre radiophonique, compte à son actif plusieurs prestations aux côtés de grands acteurs, à l’image de Mahieddine Bachtarzi, Ahmed Ayad (Rouiched) ou encore Mohamed Touri. Elle a joué dans plusieurs films algériens très célèbres comme « Khoud m’atak allah » avec Mustapha El Anka, « Leila et les autres », El Ouelf S’aib de Mohamed Hilmi ou encore le film de Djamel Fezzaz « Mélodie de l’espoir » avec Abderhmane Djalti. Saboundji est dévenu très populaire pour ses rôles très « dûr » dans les feuilletons dramatiques notamment dans le feuilleton de Djamel Fezzaz « El Massir », l’un des plus grand succès de la télévision algérienne.

En 2017, Farida Saboundji a été décorée de la Médaille de l’ordre du mérite national au rang de « Djadir ».

Envoyer un commentaire

0Shares