DIA | Hommage au doyen de la chanson kabyle Akli Yahiatene
68718
post-template-default,single,single-post,postid-68718,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Hommage au doyen de la chanson kabyle Akli Yahiatene

DIA-17 août 2022: Le village Ath-Mendes et l’association culturelle Tala-Guilef, en collaboration avec l’Assemblée populaire de wilaya et la direction de la Culture de la wilaya de Tizi-Ouzou, organisent, le vendredi 19 aout 2022, un hommage populaire au grand artiste algérien et doyen de la chanson kabyle Akli Yahiatene.

Un riche programme s’étalant sur toute la journée du 19 aout a été concocté pour faire de cette journée un évènement à la hauteur de l’immense carrière artistique de Dda Wakli qui a su, tout au long de son parcours, gravir les échelons de la gloire pour devenir une des icones de la chanson algérienne. Les festivités se dérouleront à la maison de jeune du village et à l’école des frères Belarbi. A travers cet hommage, Ath-Mendes, le village natal de l’artiste, veut montrer toute sa gratitude et sa fierté de compter Akli Yahiatene parmi les plus dignes de ses fils.

Le choix de la date du 19 aout n’est, évidemment pas fortuit car coïncidant avec une date historique de la glorieuse guerre de libération nationale, à savoir le congrès de la Soummam, qui fût un des jalons les plus importants du combat libérateur auquel Akli Yahiatene a apporté une précieuse contribution par le biais de son engagement au sein de la Fédération de France du Front de libération national.

Né en 1933 à Ath-Mendès, dans la commune de Boghni (Tizi Ouzou), Akli Yahiatene s’était exilé, très jeune en France où il vivait de petits métiers. Plus tard, il fera la rencontre d’illustres compositeurs et chanteurs de son époque comme Slimen Azem, Zerrouki Allaoua et Cheikh El Hasnaoui qui ont aiguisé sa passion pour la chanson. Artiste et moudjahid, emprisonné à plusieurs reprises par les autorités coloniales pour avoir contribué à la collecte de fonds au profit du Front de libération nationale (FLN), il ne se détache pas pour autant de la musique, mais se consacre davantage à ses nombreuses compositions à succès qui l’ont fait connaitre auprès d’un large public. Préférant le luth (Oud) et la mandoline, l’artiste a composé et interprété plusieurs chansons à succès dont notamment « Ay-axxam » (La maison), traduite en espagnol, et « El menfi » (Le banni), qui a été reprise par le trio Mami, Khaled et Rachid Taha ainsi que par le chanteur libanais Alaa Zalzali. D’autres grands succès jalonneront sa carrière avec notamment les titres « Thamurthiw », « Jahagh bezzef dhameziane » (Exilé trop jeune), ou encore « Yedja yemas » (Il a abandonné sa mère). En 2017, Akli Yahiatene a été décoré de la médaille de l’ordre du mérite national au rang de « Achir ».

1 Comment

  • Mellah hocine
    18 août 2022 10:26

    Longue vie à dda Ali.

Envoyer un commentaire

0Shares