DIA | Importation des véhicules : bureaucratisation de la délivrance des agréments
58864
post-template-default,single,single-post,postid-58864,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Importation des véhicules : bureaucratisation de la délivrance des agréments

DIA-14 Janvier 2021: Décidément, le ministère de l’Industrie est en train de se noyer dans un verre d’eau. Après plus d’une année de réflexion et de cogitation, ce ministère va délivrer ce dimanche des “agréments provisoires” aux importateurs des véhicules neufs. Ces agréments provisoires serviront pour entamer d’autres procédures bureaucratiques pour…l’obtention des agréments définitifs.

Des procédures lentes et rébarbatives qui vont encore retarder l’importation des véhicules neufs et vont, en parallèle, maintenir les prix des véhicules d’occasion inaccessible sur le marché parallèle en Algérie.

Des mesures qui vont à l’encontre des instructions du Président Abdelmadjid Tebboune qui a ordonné d’accélérer les procédures dans le cadre la numérisation tous azimuts, prônée par l’Etat et le gouvernement. Force est de constater que les anciennes pratiques ont la peau dure, ce qui se répercute sur les affaires du pays, mais aussi sur le bien-être du citoyen.

Selon le communiqué du ministère de l’Industrie, le commission technique interministérielle mise sur pied aux fins d’examiner les demandes des opérateurs économiques désirant exercer l’activité de concessionnaires de véhicules neufs, a procédé à l’étude de dix dossiers présentés par les opérateurs, dont neuf relatifs à l’importation des véhicules touristiques et un seul dossier relatif à l’importation de motocycles.

Les opérateurs dont les dossiers remplissent les conditions fixées dans le cahier des charges, obtiendront leurs agréments provisoires, dès dimanche prochain, ce qui leur permettra d’entamer les procédures d’obtention des agréments définitifs et débuter l’importation, conformément au décret exécutif n 20-227 fixant les conditions et les modalités de l’exercice de l’activité de concessionnaires de véhicules neufs, selon le communiqué.

Pour sa part, la Commission technique chargée de l’étude et du suivi des dossiers relatifs à l’exercice de l’activité de construction de véhicules, a tranché le cas d’un seul dossier portant sur la construction de véhicules touristiques et utilitaires, sur un total de 18 dossiers déposés au niveau du ministère.

L’opération d’étude des dossiers des opérateurs économiques pour les deux activités de concessionnaires de véhicules neufs et de construction de véhicules se poursuivra jusqu’à l’étude de tous les dossiers déposés, les deux commissions ayant augmenté leur rythme de travail en tenant des réunions urgentes tout au long de la semaine.

Soulignant, par ailleurs, que “les listes relayées comme étant les listes des opérateurs économiques ayant obtenu les agréments sont dénuées de fondement”, le ministère rappelle que la diffusion de ces fausses informations expose leurs auteurs aux peines prévues par la loi.

Il faut relever que le communiqué du ministère de l’Industrie ne fixe aucune échéance. En d’autres termes, les Algériens désirant d’acquérir un véhicule neuf, devront prendre leur mal en patience, sachant qu’en 2020 aucun véhicule n’a été importé ou monté en Algérie. Une première en Algérie !

Mohamed Nassim

1 Comment

  • Mellah hocine
    16 janvier 2021 14:03

    L’axe de réflexion entamé par le ministère de l’industrie reste l’axe des affairistes et des affinités . Un dossier pareil doit être traité avec les constructeurs qui veulent investir en Algérie. C’est à ces constructeurs de venir créer leur réseau de ventes avec des concessionnaires qu’ils auraient à choisir de leur propre chef.
    Ce que nous attendons de cette option du ministère , c’est les choix qui se rapporteront à des concessionnaires ayant des relations à haut niveau , donc ceux qui ont des “bras longs” . Un simple petit projet où l’État ne devrait être qu’un régulateur , prend des proportions désastreuses au vu des recours qui seront introduits par ceux qui ne sont pas retenus.

Envoyer un commentaire

0Shares