DIA | La belle fresque consacrée à Rouiched effacée par l’APC d’Alger Centre (Photo)
61815
post-template-default,single,single-post,postid-61815,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La belle fresque consacrée à Rouiched effacée par l’APC d’Alger Centre (Photo)

Spread the love

DIA-06 juin 2021: Après la polémique sur la stèle de Maurice Audin où on a retiré la fresque pour la remplacé par buste, voici une nouvelle polémique au niveau de la capitale. En effet, la fresque consacrée à notre grand artiste Rouiched a été effacée par les services de l’APC d’Alger Centre. 

L’œuvre qui avait été réalisé par l’artiste Mekky Deffas avait été  favorablement accueilli par les algérois. Une chaîne de télévision arabe avait même réalisé un reportage sur la réalisation de œuvre qui s’inscrit dans le street art. 

Un banc a été construit au lieu de la fresque et le mur a été repeint, ce qui a provoqué la colère des passants qui dénoncent ce massacre d’une œuvre authentique.   

Depuis mois de trois ans, de nombreuses fresques ont fait leur apparition dans les principaux quartiers de la capitale. Des fresques consacré essentiellement aux clubs de football mais aussi aux chanteurs de chaabi et quelques comédiens algériens comme Rouiched.  

Pour l’heure aucune explication n’a été donnée par les services de l’APC d’Alger Centre pour expliquer la destruction de cette œuvre. 

Amel Bouchaib 

1 Comment

  • Mellah hocine
    7 juin 2021 13:27

    C’est le début de la fin d’une longue histoire de la culture en Algérie. Après avoir fermé tous les cinémas , après avoir mis aux oubliettes tous ces artistes qui meurent à petit feu , voilà qu’on achevé une oeuvre artistique représentant un homme du cinéma Algérie , le vrai cinéma. On achève bien les chevaux , grand fim pour ceux qui ne savent pas : En pleine dépression économique, les primes des marathons de danse attirent jeunes et vieux accablés par la misère. Robert et sa partenaire Gloria dansent à en perdre la raison. Ils tiendront coûte que coûte. A moins que la mort ne les sépare…
    Les oeuvres artistiques meurent , l’art en général meurt en Algérie et c’est ainsi que le citoyen étouffe et meurt par la suite.

Envoyer un commentaire