DIA | La réaction du PDG de Djezzy suite à la décision de Veon de céder ses parts au FNI
62589
post-template-default,single,single-post,postid-62589,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La réaction du PDG de Djezzy suite à la décision de Veon de céder ses parts au FNI

DIA-02 juillet 2021: La multinationale néerlandaise Veon a annoncé, ce jeudi 1er juillet son intention de céder ses parts à l’État algérien de la totalité de ses parts détenues dans l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy.

Dans un communiqué publié sur son site internet, Veon a précisé qu’il détient 45,57% des parts dans Omnium Télécom Algérie, qui détient l’opérateur Djezzy.

La multinationale néerlandaise dispose d’une option pour vendre l’intégralité de ses parts à l’État algérien à travers le Fonds national d’investissement (FNI).

« L’exercice de l’option déclenche un processus en vertu duquel une évaluation par un tiers est entreprise pour déterminer la juste valeur marchande à laquelle le transfert doit avoir lieu », lit-on dans communiqué, qui a précisé que cette décision « rationalisera les opérations de Veon », permettant une meilleure concentration sur nos principaux marchés ».

Dans sa première réaction à l’annonce de Veon, le PDG de Djezzy Matthieu Galvani à fait cette déclaration à DIA :
“Nous n’avons aucun commentaire à faire sur une décision d’actionnaires. En tant que Direction, nous restons pleinement engagés pour assurer la continuité du business pour poursuivre le développement digital de l’entreprise et améliorer la qualité de service pour nos clients qui demeurent au cœur de la stratégie de l’entreprise. Pour plus d’explications, je vous invite à contacter le Fonds National d’Investissement ( FNI) et le groupe Veon” a déclaré le patron de Djezzy. 

Pour rappel, l’État algérien détient 51% des parts de Djezzy qu’il a rachetées en 2014 pour plus 2,6 milliards de dollars 

2 Comments

  • Mellah hocine
    2 juillet 2021 14:48

    Que se passe toujours il dans le domaine des affaires en Algérie ? Des sociétés de renommée mondiale décident de quitter l’Algérie , pourquoi ?
    La réponse presque unique , c’est que le monde de la bureaucratie , de la corruption et de la contrefaçon fait des ravages en Algérie. Les investissements étrangers fuient l’Algérie , cette Algérie qui n’arrive pas à se réconcilier avec elle même. La réconciliation, le consensus doivent être recherchés, c’est une urgence absolue.

  • Bouanani
    5 juillet 2021 4:42

    Le droit de préemption doit être respecté,et c’est la règle.L’Algerie est prioritaire dans le rachat,et ça suffit de payer en devises les messages d’Amour de nos concitoyens vindicatifs et improductifs.
    Ils pensent s’amuser mais la facture se chiffre en milliards de dollars.
    Aux moralisateurs potentiels qui vont se manifester,je leur dénie le droit de parler au nom de quelque liberté ,car dilapider le denier public n’en est pas une.

Envoyer un commentaire

0Shares