DIA | L’Algérie, alliée privilégiée de la nouvelle puissance mondiale la Chine
50965
post-template-default,single,single-post,postid-50965,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’Algérie, alliée privilégiée de la nouvelle puissance mondiale la Chine

DIA-27 avril 2020: La pandémie du Coronavirus aura permis à l’Algérie de renforcer sa coopération et son alliance avec la Chine, en passe de devenir une nouvelle puissance mondiale. Cette pandémie aura dévoilé les carences des pays dits “développés”, lesquels ont démontré qu’ils étaient des géants aux pieds d’argile dans la mesure où ils n’ont pas pu faire face à la pandémie.

En revanche, la Chine qui a été le premier pays touché par le Covid-19, a réussi à s’en sortir au lieu de céder à la panique, comme c’est le cas des pays de l’Union européenne ou encore des Etats-Unis d’Amérique, la première puissance mondiale.

C’est plutôt la Chine qui est venue en aide à ces “puissances mondiales”, ce qui devrait changer l’ordre économique mondial dans les prochains mois, après la pandémie du Covid-19. L’Algérie qui a subi cette pandémie, à l’instar d’autres pays, devrait en tirer profit à la faveur des relations privilégiées qu’elle entretient avec la Chine.

En ce sens, l’ambassadeur de Chine en Algérie, Li Lianhe, a mis en avant la lutte conjointe menée par l’Algérie et la Chine contre l’épidémie du coronavirus (Covid-19) tout en mettant l’accent sur le  “partenariat stratégique global”, entre les deux pays, basé sur une “amitié exceptionnelle et une confiance mutuelle”.

“La Chine et l’Algérie sont des partenaires stratégiques globaux liés par une amitié exceptionnelle. Face à l’épidémie du Covid-19, la Chine continuera à rester aux côtés de l’Algérie et à fournir du soutien et des aides selon ses capacités”, a écrit l’ambassadeur chinois dans une contribution publiée dans la presse nationale.

L’ambassadeur qui s’exprimait à travers une contribution parue dans la presse nationale, a tenu également à rappeler que “l’Algérie a été l’un des premiers pays à fournir des aides urgentes de matériel antiépidémique à la Chine”, soulignant à ce propos que “l’Algérie a mobilisé des vols charters pour livrer 500 000 masques médicaux, 300 000 paires de gants médicaux, 20 000 paires de lunettes de protection médicales et d’autres matériels d’aide médicale urgente à la Chine”.

“Le président Abdelmadjid Tebboune, a spécialement envoyé un message de soutien à son homologue chinois le Président XI Jinping, pour exprimer le soutien de l’Algérie à la Chine. Le gouvernement et le peuple chinois garderont cela à l’esprit pour toujours”, a souligné M. Li Lianhe.

A présent, a-t-il poursuivi, “l’Algérie fait face à la même tâche ardue et la Chine n’hésite point à aider son amie de longue date”, faisant observer que “la Chine fournit directement des aides urgentes de matériels médicaux à la partie algérienne”.

En effet, au moment où les pays du monde entier font la queue et attendent que la Chine leur fournit le matériel et les équipements nécessaires dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus, l’Algérie est privilégiée puisqu’elle a reçu des dons de la Chine et a importé du matériel et des équipements médicaux de ce pays sans faire la chaine comme les autres pays.

Cela dénote que les deux pays entretiennent des relations de coopération plus qu’amicales, mais fraternelles pour reprendre les propos de l’ambassadeur de la Chine en Algérie.

Cette coopération avec le géant asiatique et mondial met dans la gêne les Américains et les Français ainsi que d’autres pays européens qui se voient ainsi dépasser par la Chine qui veut consolider davantage son partenariat avec l’Algérie, pays considéré comme porte de l’Afrique.

Ainsi, l’Algérie qui a été laissée tombée par les Etats-Unis et la France durant le Hirak, trouve en la Chine un allié privilégié. En ce sens, depuis le début du Hirak, les réunions entrant dans le cadre du  Dialogue bilatéral stratégique algéro-américain ne se tiennent plus, ni Alger ni à Washington.

La dernière session, la 4e du genre, s’était tenue en 2018 à Alger et a été réduite à la lutte contre le terrorisme.

Le Dialogue stratégique algéro-américain, auquel les deux ex-présidents Abdelaziz Bouteflika et Barack Obama avaient fixé des missions de grande portée, a été élevé en 2014 au niveau des ministres des Affaires étrangères des deux pays. Le Dialogue stratégique a été instauré en 2012, avec le déroulement à Washington de la première réunion, à la faveur de l`intensité des relations entre l`Algérie et les Etats-Unis. Ce qui n’est plus le cas à présent.

Idem pour le Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) entre l’Algérie et la France qui ne s’est pas réuni depuis 2018 en raison du Hirak. Le CIHN a été instauré au temps de Bouteflika. En ce sens, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian qui avait effectué une visite éclair à Alger au début du mois de mars dernier, devait évoquer avec son homologue algérien Sabri Boukadoum la relance de ce Comité “dans le cadre du renforcement des relations bilatérales”.

Cependant cette visite a été un échec puis qu’aucune date n’a été fixée pour la tenue du CIHN qui se réunit annuellement et par alternance en Algérie et en France. Le dernier CIHN a été tenu à Paris et en 2018 c’est l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia qui s’était déplacé à cet effet dans la capitale française.

Aujourd’hui, la donne a changé et l’Algérie se tourne vers la Chine et la Russie, des pays amis de longue date.

Amir Hani

0Shares