DIA | L’Algérie s’apprête à créer des zones franches dotées d’un large éventail d’incitations
65806
post-template-default,single,single-post,postid-65806,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’Algérie s’apprête à créer des zones franches dotées d’un large éventail d’incitations

DIA-23 décembre 2021: Le gouvernement a examiné, lors de sa réunion présidée mercredi par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, un avant-projet de loi relatif aux zones franches, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre.

Présenté par le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, l’objectif de cet avant-projet de loi est d’attirer les investisseurs, “en leur offrant un large éventail d’incitations, sous forme d’infrastructures, d’impôts, de facilitations et de simplifications des procédures afin de contribuer au développement de l’économie nationale”, souligne la même source.

Il s’agit de zones qui ciblent la création de start-up et d’investissements étrangers directs, dont la vocation est principalement destinée à l’exportation.

“Conformément aux procédures établies, ce projet de texte fera l’objet d’un examen lors d’un prochain Conseil des ministres”, a fait savoir le communiqué.

2 Comments

  • Mellah hocine
    23 décembre 2021 10:24

    Ce genre d’actions va mener directement les acteurs promoteurs en prison . Ne l’a t on pas vécu avec les gouvernements percedents qui accorderont des facilitations aux investisseurs pour finalement retrouver ces derniers en prison .
    Les zones franches ont été un sujet qui revient à chaque gouvernement sans pour autant trouver la meilleure formule.
    La volonté politique basée sur un vrai développement du pays n’a jamais eu échos dans un système basé sur la rente où la confiance fait défaut.
    Au lieu de suivre ce chemin tortueux , ne serait pas plus adéquat d’ouvrir un marché de libre échange avec un pays frère telle la Tunisie qui rapportera pour la région un plus dans le développement et une position créatrice de richesses hors hydrocarbures. J’ai eu l’occasion de développer aussi , l’adhésion de l’Algérie aux BRICS aux côtés du Brésil, de la Russie, de l’Inde , de la Chine et de l’Afrique du Sud. La diversification de notre marché aura une valeur ajoutée avec ces pays émergeants.

  • Omar AIT MOKHTAR
    24 décembre 2021 13:38

    Une bonne chose, Il faut ouvrir et faciliter les démarches pour mieux contrôler et surtout pour ne pas pousser les gens à contourner les lois et tricher ! les IDE est une nécessité; Il faut penser à l’attractivité ! Qui va venir avec son argent et son savoir faire et être minoritaire, puis l’impossibilité de transférer ses bénéfices ! Il faut penser aussi aux l’importations avec les fonds propres , notamment par la diaspora… Bravo à Monsieur Rezzig, mais il faut faire vite au risque de pas être à 100%… Il faut plus de courage.

Répondre à Mellah hocine Annuler

0Shares