DIA | Résultats définitifs des élections locales : Le FLN confirme son statut de première force politique
65804
post-template-default,single,single-post,postid-65804,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Résultats définitifs des élections locales : Le FLN confirme son statut de première force politique

DIA-23 décembre 2021: Le parti du Front de libération nationale (FLN) a confirmé son statut de première force politique en Algérie à la faveur de la proclamation des résultats définitifs des élections locales du 27 novembre dernier. Le FLN a remporté la première place aussi bien dans les Assemblées populaires communales (APC) que pour celles de wilaya (APW). Le 12 juin dernier, le FLN s’était également classé à la première place aux élection législatives.

En ce sens, le FLN a conservé sa première place dans les élections locales après avoir remporté 5 978 sièges aux APC en obtenant la majorité absolue dans 124 communes. Il est suivi du Rassemblement national démocratique (RND) avec 4 584 sièges en raflant la majorité absolue dans 58 communes, puis les listes indépendantes avec 4 430 sièges et la majorité absolue dans 91 APC.

Le Front El Moustakbel arrive en 4ème position avec un total de 3 262 sièges et une majorité absolue dans 34 APC, puis le Mouvement El Bina avec 1 848 sièges et 17 APC à majorité absolue, suivi du Mouvement de la société pour la paix (MSP) avec 1 820 sièges et 10 communes à a majorité absolue.

Concernant l’élection des APW, le parti du FLN se maintient, lui aussi, à la première place avec 471 sièges, suivi du RND (366 sièges), le Front El Moustakbel (304 sièges), le MSP (239) le Mouvement El Bina (230) et les listes indépendantes (100 sièges).

Il faut relever que les listes indépendantes qui s’étaient classées à la deuxième place aux APW, selon les résultats préliminaires, ont considérablement reculé après les résultats définitifs.

Par ailleurs, le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, a indiqué que tous les recours formulés après les résultats préliminaires ont été tranchés, faisant observer que les résultats annoncés « demeurent inchangés à l’exception de quatre cas ».

Le nombre de recours introduits au niveau des tribunaux administratifs concernant les élections des APC s’est élevé à 835 recours, dont 145 déposés par des listes indépendantes et 690 autres par des partis politiques, a précisé M. Charfi, faisant état de 839 recours jugés irrecevables et 6 autres acceptés.

Pour les APW, « 442 recours ont été introduits, dont 82 par des listes indépendantes et 360 autres par des partis politiques », alors que le Conseil d’Etat a recensé 367 appels dont un seul a été accepté », a-t-il précisé.

S’agissant du taux de participation national au scrutin de ces élections locales, il a atteint 36,58% pour les APC et 34,76% pour les APW, selon les résultats définitifs annoncés par le président de l’ANIE.

Concernant l’élection des APC, le nombre de votants a atteint 7.514.422 électeurs, celui des voix exprimées 6.377.684, alors que le nombre des bulletins nuls a enregistré un total de 1.136.738 bulletins.

Pour les APW, le nombre d’électeurs a atteint 6.902.222, celui des voix exprimées 5.561.357 et des bulletins nuls 1.340.865. Le corps électoral lors de ce scrutin a atteint 23.717.479 électeurs.

Les démentis du président de l’ANIE

Sur un autre registre, le président de l’ANIE a démenti toute implication de son instance dans le « retard accusé » dans le renouvellement partiel du Conseil de la nation, affirmant que l’ANIE était ciblée après la réussite des échéances électorales organisée sous sa supervision les deux dernières années.

Il a précisé que son instance n’a aucun lien avec la date de la tenue des élections pour le renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation.

Il a, à ce propos, démenti tout ce qui se dit, qu’il soit de bonne ou de mauvaise intention, estimant qu’il s’agit de mensonges infondés émanant des parties dérangées par l’ANIE qui avait organisé des scrutins dans la transparence et l’intégrité protégeant ainsi les voix des citoyens ».

Qualifiant les auteurs de ces allégations de « parties tendancieuses et d’ennemis de l’Algérie », Charfi a rappelé que les coordonnateurs des délégations de l’ANIE au niveau des wilayas ont notifié les « PV des résultats des élections locales aux walis de la République depuis le 30 novembre dernier, jour de l’annonce des résultats préliminaires ».

Révision prochainement de la loi électorale

La loi organique portant régime électoral fera l’objet d’une « révision à l’avenir », a affirmé le président de l’ANIE, précisant que l’élaboration de la présente loi électorale « est intervenue dans une conjoncture exceptionnelle qu’a connue le pays, une situation qui a imposé la réédification des institutions de l’Etat dans l’ère de l’Algérie nouvelle, et ce, conformément aux engagements du président de la République, Abdelmadjid Tebboune ».

Par ailleurs, l’intervenant a affirmé que « les situations de blocage enregistrées dans certaines APC et APW, élues le 27 novembre dernier, ne relèvent pas des prérogatives de l’ANIE et sont soumis aux textes de loi sur la commune et la wilaya ».

Evoquant des informations faisant état de « l’intrusion de l’argent sale » en ce qui concerne les alliances politiques ayant marqué certaines assemblées locales après l’annonce des résultats préliminaires du 30 novembre dernier,  Charfi a souligné que les informations parvenues à l’ANIE indiquent que « ces alliances ont barré la route aux pratiques douteuses et ont eu un impact positif ».

Amir Hani

1 Comment

  • Mellah hocine
    23 décembre 2021 10:12

    De révision en révision , la loi électorale n’a jamais trouvé sa valeur réelle qui correspond à la participation populaire aux élections . Lorsque vous écrivez que le FLN reste la première force politique du pays , il est tout à fait normal lorsque le taux de participation ne dépasse pas les 35 % . Ce parti s’est accaparé de sièges dans toutes les communes et ce depuis des dizaines d’années, pendant que d’autres partis organisent des réunions de leurs partisans dans des cafés de quartiers.
    La depolitisation de la société a fait son effet pour éloigner le peuple du domaine politique et laisser la place à tous ces vautours : ne dit on pas que la nature a horreur du vide ? .
    Pourtant , il n’y a pas si longtemps , les pouvoirs publics comptaient sur ces élections locales pour rehausser le taux de participation , mais , malheureusement le désert politique a pris du terrain .
    Pour ce qui du FLN , c’est l’adage qui dit : au pays des aveugles le borgne est roi.

Envoyer un commentaire

0Shares