DIA | Le pétrole au-dessus des 100 dollars, à la grande déception des pays du G7  
67886
post-template-default,single,single-post,postid-67886,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dernière infos Algerie:La-recette-de-fabrication-du-pétrole

Le pétrole au-dessus des 100 dollars, à la grande déception des pays du G7  

DIA-18 juillet 2022: Les prix du pétrole grimpaient de près de 5% lundi, galvanisés par les craintes qui pèsent sur l’approvisionnement après une visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite (premier exportateur mondial de brut) avec très peu d’avancées notables. Vers 14H15 GMT (16H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en septembre, gagnait 4,71% à 105,92 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, pour livraison en août, prenait quant à lui 4,46% à 101,94 dollars.

Les prix du pétrole avaient baissé de façon significative ces derniers jours, en raison des craintes de ralentissement de l’économie mondiale, accentuées par les niveaux de l’inflation. Ces craintes seraient toutefois exagérées, selon Tamas Varga, analyste chez PVM Energy, qui argue que «les contraintes d’approvisionnement redeviendront le principal moteur du marché». La baisse du dollar lundi contribuait également à faire monter les cours du brut, ce dernier devenant plus attractif pour les investisseurs utilisant d’autres devises, le prix du pétrole étant exprimé en dollar.

Fin juin, les dirigeants des pays du G7 s’étaient engagés à développer un «mécanisme» pour plafonner les prix du pétrole russe au niveau mondial afin de priver Moscou d’une partie de sa manne énergétique. Les analystes d’UBS relèvent également dans une note que l’embargo progressif européen sur l’or noir russe aboutira à «une réduction de près de 3 millions de barils par jour de pétrole brut et de produits pétroliers en provenance de Russie d’ici à la fin de l’année» et «resserrera encore le marché». «Dans le cas où le pétrole serait utilisé comme une arme, une véritable pénurie pourrait faire grimper les prix considérablement», affirme Tamas Varga. La situation actuelle n’indique cependant pas de grave pénurie de pétrole russe, tempère-t-il.

Envoyer un commentaire

0Shares