DIA | Liste des membres du nouveau gouvernement conduit par Aimen Benabderrahmane
62732
post-template-default,single,single-post,postid-62732,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Liste des membres du nouveau gouvernement conduit par Aimen Benabderrahmane

DIA-07 juillet 2021: Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a nommé mercredi les membres du nouveau gouvernement conduit par le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, dont voici la liste annoncée par le porte-parole de la Présidence de la République par intérim, Samir Aggoune :

– Aïmene Benabderrahmane: Premier ministre et ministre des Finances

– Ramtane Lamamra: Ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger

– Kamal Beldjoud: Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire

– Abderrachid Tebbi: Ministre de la Justice, garde des Sceaux

– Mohamed Arkab: Ministre de l’Energie et des Mines

– Ben Attou Ziane: Ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables

– Laïd Rebigua: Ministre des Moudjahidine et des Ayants-droits

– Youcef Belmehdi: Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs

– Abdelhakim Belabed: Ministre de l’Education nationale

– Abdelbaki Benziane: Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

– Yacine Merabi: Ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels

– Wafa Chaâlal: Ministre de la Culture et des Arts

– Abderezak Sebgag: Ministre de la Jeunesse et des Sports

– Hocine Charhabil: Ministre de la Numérisation et des Statistiques

– Karim Bibi Triki: Ministre de la Poste et des Télécommunications

– Kaouthar Krikou: Ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme

– Ahmed Zeghdar: Ministre de l’Industrie

– Abdlehamid Hamdani: Ministre de l’Agriculture et du Développement rural

– Mohamed Tarek Belaribi: Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville

– Kamel Rezig: Ministre du Commerce et de la Promotion des exportations

– Ammar Belhimer: Ministre de la Communication

– Kamel Nasri: Ministre des Travaux publics

– Aïssa Bekkaï: Ministre des Transports

– Karim Hasni: Ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique

– Yacine Hammadi: Ministre du Tourisme et de l’Artisanat

– Abderrahmane Benbouzid: Ministre de la Santé

– Abderrahmane Lahfaya: Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale

– Basma Azouar: Ministre des Relations avec le Parlement

– Samia Moualfi: Ministre de l’Environnement

– Hicham Sofiane Salawatchi: Ministre de la Pêche et des productions halieutiques

– Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmed: Ministre de l’industrie pharmaceutique

– Nassim Dhiafat: Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Micro Entreprise

– Yacine El-Mahdi Walid: Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’économie de la connaissance et des startups

– Yahia Boukhari: Secrétaire général du Gouvernement

1 Comment

  • Mellah hocine
    7 juillet 2021 22:20

    Déjà , en période de crise comme celle que nous vivons, l’Algérie ou le pouvoir algérien s’offre un gouvernement de plus de 30 ministres alors qu’une vingtaine suffit amplement avec un regroupement d’activités comme ce fut le cas pour le premier ministre qui s’occupe aussi des finances..
    A voir de très près nous avons une composante d’un cinquième mandat de Bouteflika qui ne dit pas son nom. En fait comment serions nous aujourd’hui avec un vrai 5e mandat de Bouteflika ? La question mérite d’être posée.
    Quoi de plus simple de supprimer les ministères des affaires religieuses et le ministère des moudjahiddines qui peuvent être remplacés , respectivement, par un haut conseil aux affaires religieuses et une organisation nationale des moudjahiddines.
    Nous notons une absence totale d’un ministère de l’économie ainsi que le ministère de la planification . Ces deux ministères pouvaient regrouper jusqu’a 4 ou 5 ministères existants. .
    L’Algérie continuera à manger son pain noir avec des ministres dont l’échec était total avec Djerrad sans vouloir les nommer.

Envoyer un commentaire

0Shares