DIA | Loi sur la lutte contre la spéculation : le Président Tebboune ordonne de sensibiliser les commerçants et la société civile
65340
post-template-default,single,single-post,postid-65340,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Loi sur la lutte contre la spéculation : le Président Tebboune ordonne de sensibiliser les commerçants et la société civile

DIA-18 octobre 2021: Le président de la République,  Abdelmadjid Tebboune a ordonné, dimanche, de sensibiliser les commerçants et la société civile sur la loi sur la lutte contre la spéculation et de la présenter aux citoyens via les médias, pour faire la distinction entre le stockage organisé à des fins commerciales et le stockage visant à créer la pénurie ou engendrer une hausse des prix, a indiqué un communiqué du Conseil des ministres.

 Présidant une réunion du Conseil des ministres consacrée notamment à l’examen et l’approbation d’un projet de loi sur la lutte contre la spéculation, le Président Tebboune a enjoint au ministre du Commerce de “sensibiliser les commerçants et la société civile sur la loi sur la lutte contre la spéculation et de la présenter aux citoyens via les médias, pour faire la distinction entre le stockage organisé à des fins commerciales et le stockage visant à créer la pénurie ou engendrer une hausse des prix”.

Dans ce cadre, il a insisté sur l’impératif de “mettre en exergue l’importance du rôle responsable de la société civile et des médias dans la lutte contre les pratiques commerciales déloyales” et d'”encourager la rationalisation de la consommation pour lutter contre les parasites et les parties qui tentent d’augmenter les prix pour susciter le chaos et semer le désespoir”.

Le Président de la République a également instruit de revoir le code pénal pour prévoir une peine maximale allant jusqu’à 30 ans de prison et la perpétuité pour les individus impliqués dans le crime de la spéculation, tel qu’annoncé récemment lors d’une entrevue avec les représentants de la presse nationale où il avait qualifié la spéculation de “pire ennemi” de l’économie nationale et du citoyen.

Le chef de l’Etat avait souligné, à ce propos, l’importance que revêtent les textes juridiques en cours de préparation par le ministère de la justice portant criminalisation de la spéculation et prévoyant des peines allant jusqu’à 30 ans d’emprisonnement. 

Envoyer un commentaire

0Shares