DIA | Mellal : «Je ne quitterai pas la JSK même si cela me coûterait la vie”
59035
post-template-default,single,single-post,postid-59035,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Mellal : «Je ne quitterai pas la JSK même si cela me coûterait la vie”

Spread the love

DIA-22 janvier 2021: Le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, jura par tous les noms qu’il ne quittera pas son poste à la tête du club. “Je ne quitterai pas la JSK même si cela va me coûter la vie”, a affirmé Mellal qui intervenait ce vendredi sur les ondes de Chaîne 3 de la Radio nationale.

La réaction de Mellal est intervenue après que des informations eurent fait état de sa destitution par des membres du Conseil d’administration de la JSK.

En effet, des membres du Conseil  d’administration, à leur tête le président du Club sportif amateur (CSA) Ait Mouloud, ont saisi la justice pour provoquer une assemblée générale du club et destituer Mellal.

Ce dernier a confirmé avoir reçu une convocation de la justice pour organiser cette AG, mais il jure par tous les noms qu’il ne partira pas.  “Je vais barrer la route aux voyous. Je vais les empêcher de retourner à la JSK. Ce sont des opportunistes”, a-t-il asséné.

Et d’ajouter : “A ma venue à la JSK, j’ai ait le sale boulot en écartant les opportunistes. Maintenant que le club est remis sur rails, ces opportunistes veulent revenir”, a-t-il dit, accusant ouvertement “Ait Mouloud et Said Boukhari qui sont derrière la déstabilisation de la JSK”.

Mellal a invité Ait Mouloud de “cesser ses agissements”, autrement il l’a menacé de “faire des révélations fracassantes”.

Depuis quelques jours, la situation est devenue intenable à la JSK et dans son entourage. Des marches ont été organisées par des supporters de la JSK pour exiger le départ de Mellal. D’anciens dirigeants sont derrière ces marches.

Amir Hani

Envoyer un commentaire