DIA | Mounia Meddour dans le jury de la section “Un certain Regard” au Festival de Cannes
62098
post-template-default,single,single-post,postid-62098,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Mounia Meddour dans le jury de la section “Un certain Regard” au Festival de Cannes

DIA-15 juin 2021: : La direction du festival de Cannes a rendu public hier la liste du jury de la section Un Certain Regard du 74e édition Festival de Cannes. Parmi les membres du jury figure, une jeune et talentueuse réalisatrice, Mounia Meddour, qui a notamment marqué l’édition de 2019 avec le film “Papicha”.  

Elle est née en 1978 à Moscou, Mounia Meddour est la fille du réalisateur Azzedine Meddour, auteur du film “la Montagne de Baya”, décédé en 2000, alors que Mounia n’avait que 22 ans. Elle a grandit en Algérie puis en France. Après des études de journalisme à Alger, elle apprend la production en France, au Centre européen de formation à la production de films (CEFPF), et, pour la réalisation, fait un passage à l’École nationale supérieure des métiers de l’image et du son (Fémis), également à Paris. Après plusieurs documentaires Particules élémentaires (2007), La Cuisine en héritage (2009) et Cinéma algérien, un nouveau souffle (2011), elle réalise son premier court métrage de fiction, Edwige (2011), qui reçoit une mention spéciale aux Journées cinématographiques d’Alger. En 2019, elle crée l’événement avec son premier long métrage Papicha, présenté en Sélection officielle du Festival de Cannes 2019 dans la section Un Certain Regard. Acclamé par la critique, le film reçoit en 2020 le César du meilleur premier film et celui du meilleur espoir féminin pour Lyna Khoudri. Papicha participe également à la course aux Oscars où le film représente l’Algérie. Mariée au réalisateur et producteur français Xavier Gens, Mounia Meddour qui est très impliqué dans la défense de la femme maghrébine travaille actuellement sur son prochain long métrage, Houria, l’histoire d’une algérienne plongée dans la guerre civile. 

Après la réalisatrice libanaise, Nadine Labaki en 2019, c’est au tour de la cinéaste britannique Andrea Arnold de reprendre le flambeau en 2021 (2020 fut une année blanche pour cette section). 

A ses côtés, Mounia Meddour, réalisatrice et productrice algérienne, mais aussi le réalisateur argentin Daniel Burman (Le Fils d’Elias, Grand prix du jury à la Berlinale en 2004), l’actrice française Elsa Zylberstein et le réalisateur américain, Michael Covino (Prix Coup de cœur du jury Un Certain Regard en 2019 pour The Climb)

Après avoir visionné les vingt films en compétition, le jury annoncera le palmarès le 16 juillet prochain. 

Salim Aggar 

Envoyer un commentaire

0Shares