DIA | Normalisation des relations entre Israël et les EAU : absence de réaction des partis islamistes algériens
53985
post-template-default,single,single-post,postid-53985,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Normalisation des relations entre Israël et les EAU : absence de réaction des partis islamistes algériens

DIA-18 août 2020: La classe politique algérienne, à sa tête les partis de la mouvance islamiste, observe un silence mystérieux pour les uns et complice pour les autres en ce qui concerne la normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël, en l’absence d’une réaction officielle de l’Algérie.

De coutume, les partis politiques islamistes en Algérie sont les premiers à réagir quand il s’agit de la Palestine, sachant que l’accord entre l’Etat hébreux et les Emirats est qualifié de trahison de la Palestine dont la cause risque d’être abandonnée.

Parmi toute la panoplie des partis islamistes en Algérie, il n’y a que le MSP que préside Abderrezak Makri qui a réagi de manière plutôt timide. Il faut relever à ce sujet que Makri a fait la sourde oreille quand la Turquie, son idéal, a établi des relations diplomatiques avec Israël. Cela explique la gêne du MSP de dénoncer la normalisation des relations entre les Emirats et Israël.

Les partis islamistes sont également gênés de dénoncer cette normalisation en raison, selon toute vraisemblance, des relations privilégiées qu’ils entretiendraient avec les Emirats.

Il faut préciser à ce sujet que plusieurs « hommes d’affaires » algériens et des commerçants vivent entre Alger et Dubai où ils disposent de commerces et de résidences. Les autorités des Emirats ont accordé des facilitations à ces commerçants et hommes d’affaires qui sont souvent proches de la mouvance islamiste.

En revanche, les partis qui se disent « démocrates » ne semblent pas concernés par la cause palestinienne, dans la mesure où ils n’ont pas du tout réagi, alors qu’ils ont pour habitude de diffuser des communiqués sur tout et n’importe quoi à travers les réseaux sociaux.

Dans le camp des partis républicains, seul le Rassemblement national démocratique (RND) à travers son SG Tayeb Zitouni a exprimé dimanche son rejet « dans le fond et dans la forme » de « l’accord de paix » entre les Emirats arabes unis (EAU) et l’occupation sioniste, réitérant sa ferme position en faveur de la cause palestinienne, jusqu’au recouvrement par l’Etat palestinien de son indépendance, avec El-Qods comme capitale.

Lors d’une audience accordée à l’ambassadeur de l’Etat de Palestine, Amine Makboul, au siège du parti à Alger, le Secrétaire général du RND, Tayeb Zitouni a précisé que cet entretien avait pour but de renouveler le pacte et de réitérer la position du parti et à travers lui, de son bureau national, l’ensemble de ses militants et ses institutions élues qui se rallient comme « un seul homme afin de riposter à toute initiative irréfléchie visant à briser notre unité et soutien en faveur de la question palestinienne ».

Il faut relever qu’il n’y a que le Parti des travailleurs de Louisa Hanoune qui a eu une position ferme en appelant l’Algérie à « se retirer de la Ligue des Etats arabes ».

En parallèle, le diplomate algérien à la retraite, Lakhdar Ibrahimi a lancé une initiative pour réaffirmer le soutien de plusieurs personnalités à la cause palestinienne. Parmi ces personnalités, il y a les deux anciens ministres algériens des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra et Mohamed Bedjaoui de même que l’ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, ainsi que  d’anciens ministres et diplomates mauritaniens, tunisiens, marocains et irakiens auxquels s’ajoutent l’ancien secrétaire général de la Ligue arabe, Amrou Moussa et des personnalités comme Hanane Achraoui.

Amir Hani

0Shares