DIA | Panique chez les ministres et les walis après le limogeage du ministre des Transports
58713
post-template-default,single,single-post,postid-58713,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Panique chez les ministres et les walis après le limogeage du ministre des Transports

DIA-09 janvier 2021: Les ministres du gouvernement Djerad ainsi que les walis sont pris de panique, suite au limogeage ce samedi par le président de la République, du ministre des Transports et du P- dg d’Air Algérie pour mauvaise gestion.

La décision du Président Abdelmadjid Tebboune est intervenue moins d’une semaine après avoir exprimé sa “non satisfaction», lors du Conseil des ministres de dimanche dernier, quant au bilan du gouvernement. En ce sens, le chef de l’Etat compte se débarrasser des ministres et des walis qui parasitent l’application de son programme.

Depuis dimanche dernier, on assiste à des sorties groupées des walis sur le terrain. Ils se rendent dans les zones d’ombre et vont à la rencontre des citoyens pour écouter leurs doléances. Ces walis avaient brillé par leur absence durant toute la durée de la convalescence du Président. Ces walis ont été remis à l’ordre ce samedi par le ministre de l’Intérieur, à l’occasion d’une visioconférence. Une manière de tenter de rattraper le temps perdu, alors qu’il s’agit d’une négligence de ces walis qui veulent plaire au Président et au ministre, alors qu’ils devraient être au service des citoyens.

Il en est de même pour les ministres qui ne quittaient pas leurs  bureaux quand le Président était en convalescence. Ces ministres sont pris de panique et sortent, comme par enchantement, de leur léthargie, pour investir le terrain.

En plus de solliciter les différents médias pour des interviews, ces ministres ont programmé des sorties sur le terrain, non pour s’enquérir des projets lancés et des préoccupations des citoyens, mais plutôt pour prouver au Président qu’ils sont en train de travailler.

Mais la sentence du Président est tombée et sa “non satisfaction ” du bilan du gouvernement annonce des changements dans l’Exécutif, d’où l’affolement des ministres.

Amir Hani 

Envoyer un commentaire

0Shares