DIA | Pour quels desseins Ouyahia a-t-il révélé avoir reçu des lingots d’or des émirs du Golf ?
58716
post-template-default,single,single-post,postid-58716,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Pour quels desseins Ouyahia a-t-il révélé avoir reçu des lingots d’or des émirs du Golf ?

DIA-09 janvier 2021: Les aveux de l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, concernant les lingots d’or offerts à la présidence de la République en guise de cadeaux de la part des émirs des pays du Golf, sont loin d’être innocents. Rusé et chevronné, Ouyahia a bien précisé qu’il a reçu ces cadeaux, soit 60 lingots d’or, en sa qualité de Premier ministre.

Par la suite, il les a vendus au marché noir pour une valeur de 35 milliards de centimes, car les banques publiques algériennes ne voulaient pas les acheter.

Il semble qu’à travers ces révélations, Ouyahia ne veut pas croupir tout seul en prison. Il entend ainsi emporter avec lui l’ensemble du système. En d’autres termes, si Ouyahia avait reçu autant de lingots d’or, les décideurs au sein du système auraient reçu plus que lui, sachant que plusieurs anciens hauts responsables sont actuellement accusés d’avoir été à la solde des émirs des pays du Golf.

En somme, les révélations d’Ouyahia en cachent d’autres car, selon sa logique, d’autres hauts responsables auraient reçu des cadeaux similaires et autrement plus importants. Il faut donc s’attendre à d’autres fracassantes révélations dans les jours ou mois à venir, notamment après d’acquittement de Mohamed Mediene, Athmane Tartag, Saïd Bouteflika et Louisa Hanoun, accusés de “complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité du commandant d’une formation militaire” et “complot dans le but de changer le régime”.

Pour la précision, Ouyahia a fait ces révélations ou aveux ce samedi, lors du procès en appel l’impliquant, lui et Abdelmalek Sellal, dans l’affaire de montage automobile et du financement occulte de la campagne électorale pour le 5ème mandat, avorté de Abdelaziz Bouteflika

Mohamed Nassim

Envoyer un commentaire