DIA | Pour ces raisons Zetchi a exclu l’Algérie (championne d’Afrique) de la CAF et de la FIFA
59994
post-template-default,single,single-post,postid-59994,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Pour ces raisons Zetchi a exclu l’Algérie (championne d’Afrique) de la CAF et de la FIFA

DIA-13 mars 2021: L’Algérie est la grande perdante des élections de la CAF et de la FIFA qui se sont déroulées ce vendredi au Maroc. Alors que l’Algérie est championne d’Afrique en titre grâce aux compétences avérées de son entraîneur, Djamel Belmadi, elle est en revanche la dernière de la classe en ce qui concerne sa présence au sein des structures de la CAF et de la FIFA.

Ce vendredi, Zetchi a évité d’être humilié publiquement en se retirant des élections au Comité exécutif de la FIFA. Pis encore, le nouveau président de la CAF, le Sud-Africain Patrice Motsepe, a désigné les cinq vice-présidents de la CAF tout en ignorant l’Algérie, qui est pourtant un pays ami de l’Afrique du Sud.

Les vice-présidents sont le Sénégalais Augustin Senghor (1er vice-président), le Mauritanien Ahmad Yahya (2e vice-président), le Djiboutien Souleiman Hassan Waberi (3e vice-président), le Marocain Faouzi Lekjaâ (4e vice-président) et le Nigérian Amaju Pinnick.

C’est en fait une double humiliation pour Zetchi qui, en mauvais perdant, refuse de reconnaître son échec (attendu) en accusant des “parties algériennes” qui l’ont “saboté», selon le chargé de la communication à la FAF.

L’échec de Zetchi  s’explique par son grand amateurisme. Il est entré en conflit avec l’Etat algérien qu’il défie en le menaçant des sanctions de la FIFA auxquelles serait exposée la FAF!

Au lieu de s’allier avec l’Etat à travers le ministre de la Jeunesse et des Sports, Zetchi se positionne en opposant. Pourtant, le ministre du secteur, Sid-Ali Khaldi, avait ouvertement déclaré que l’Etat algérien soutenait la candidature de Zetchi au Comité exécutif de la FAF. Cependant, après son mensonge à la FIFA, l’Etat, à travers le MJS, a décidé de ne plus faire confiance à Zetchi.

Malgré ce scandale, Zetchi continue de défier l’Etat et la MJS qu’il menace de l’intervention de la FIFA ! Pris de panique par son échec, il tente de détourner le débat en focalisant sur “des traîtres” algériens, alors qu’il aurait du reconnaître son échec.

En fait, Zetchi fait allusion à l’ancienne FAF de Mohamed Raouraoua, sachant que lui-même avait transmis une correspondance à la FIFA et à la CAF pour exclure Raouraoua des ces instances sous prétexte qu’il ne faisait plus partie de la FAF.

Il faut aussi préciser que pendant que Zetchi défiait l’Etat, les autres candidats, à l’exemple du Marocain Faouzi Lekjaâ, travaillaient en collaboration avec les autorités de leurs pays. Le Maroc ambitionne d’accueillir la phase finale de la coupe du monde, alors que l’Egypte a réussi à garder le siège de la CAF sur son territoire.

En d’autres termes, l’actuelle FAF qui manque de maturité, confond les conflits personnels avec les intérêts suprêmes du football algérien et du pays d’une manière générale.

Il faut aussi rappeler que ce n’est pas le premier échec de la FAF de Zetchi  à la FIFA et à la CAF. On se souvient du dossier de candidature de Bachir Ould Zmirli qui n’avait pas été transmis à temps en raison de l’incompétence de la FAF. L’échec de Amar Bahloul, malheureux candidat au Comex de la CAF, a été justifié par “les jeux de coulisses de Raouraoua”.

La FAF de Zetchi continue de collectionner des échecs, ce qui devrait amener les autorités du pays à réagir pour mettre un terme au massacre.

Nassim Fateh

6 Comments

  • Mellah hocine
    13 mars 2021 12:12

    Dans un État de non droit , comme je l’avais déjà ecrit, il ne peut qu’arriver ce genre de conflit . Ni l’un ( le ministre) ni l’autre ( zetchi) n’ont cette légitimité pour s’exprimer au nom des institutions. Personne ne peut oublier l’arrivee de Zetchi sous la houlette du ministre Ould Ali. De même que que Khaldi qui n’en finit pas de s’attirer les foudres de guerre dans ce domaine si prestigieux qu’est le sport.
    L’Algérie reste la grande perdante dans ce conflit qui n’en finit pas , notamment avec tous ces retards dans la concrétisation des projets de stades lancés il y a des années. Un domaine que ni l’un ni l’autre n’arrive à débloquer.
    Les grands perdants , l’Algérie et sa jeunesse , donc le football Algérien. Mon Dieu , pourquoi ces gens s’entêtent ainsi.

  • Hacinebey
    13 mars 2021 13:56

    Votre article ressemble fort au début d’une cabale contre Zetchi.
    Pour qui roulez vous ?

  • Mellah hocine
    13 mars 2021 14:12

    Que dire ce “carnaval fi dechra” ?Bien que le film a plus consistance sociale, ce cinéma qui ne dit pas son nom entre les deux qui sont dans une illigitimite populaire, contraint notre pays dans un isolement total. Ne rendent ils pas compte du mal qu’ils font subir au pays et à 45 millions d’Algériens ? A travers cette épisode , désastreuse , c’est tout le football Algérien qui a reçu une giffle. Le titre de champion d’Afrique n’a plus de valeur , tous lesprojets de stades qui croupissent sous une érosion infaillible , c’est tout le sport en Algérie qui meure à petit feu.
    Le retrait de Zetchi , inexplicable par ces faux fuyants de la FAF , n’est en fait qu’une défaite de notre pays au niveau africain. Jamais au grand jamais , Zetchi n’a eu de contacts fraternels avec quiconque d’une présidence du football d’un pays africain, comment ose t il se porter candidat l’illustre inconnu ?
    L’Algérie doit revoir ses relations , toutes les relations avec les pays africains et dans tous les domaines.

  • Abdelhamid Mondovi
    13 mars 2021 20:59

    Il faut envisager le retour de Raouraoua

  • Mellah hocine
    14 mars 2021 16:51

    Ni retour de Raouraoua, ni retour de quiconque , le football appartient aux footballeurs. Le footbal en ‘Algérie a besoin d’une stabilité dans ce genre de fonction . Une personnalité de la trempé de Khalef saura remettre les institutions du football dans le giron africain .
    Comparé à Faouzi Lakdjaa, notre président de la FAF n’est qu’une aiguille dans une botte de foin , lisons la suite sur Lakdjaa : C’est que, durant son premier mandat, Lekjaa a réussi le double exploit de réconcilier les Lions de l’Atlas avec leur public et de faire du football un levier important de la diplomatie chérifienne en Afrique. Son élection au sein du comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), en 2017, a été précédée par la signature à tour de bras de conventions avec les fédérations africaines, prévoyant des aides et des subventions pour l’aménagement de terrains ou l’équipement des clubs. L’influence du président de la FRMF au sein des instances de la CAF est telle qu’en juillet il est promu deuxième vice-président de la Confédération, malgré les accusations – démenties par la suite – d’agression sur un arbitre lors de la finale de la Coupe de la Confédération.
    Pour toutes ces raisons Zetchi a exclu l’Algérie (championne d’Afrique) de la CAF et de la FIFA, en reprenant le titre de votre article.

Envoyer un commentaire

0Shares