DIA | Projet d’une cité du cinéma au cœur du… Parc zoologique d’Alger 
66400
post-template-default,single,single-post,postid-66400,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Projet d’une cité du cinéma au cœur du… Parc zoologique d’Alger 

DIA-11 février 2022: Une information est passée récemment inaperçue sans qu’elle ne suscite la moindre réaction, ce qui est étonnant à plus d’un titre. Il s’agit d’une parcelle du Parc zoologique et des loisirs d’Alger (Ben Aknoun) qui a été déclassée du régime forestier national, afin de réaliser une cité du cinéma, en vertu d’un décret exécutif publié au Journal officiel (JO) n° 6 de l’année 2022.

Ce décret a été signé le 19 janvier en cours par le Premier ministre a “a pour objet le déclassement d’une parcelle de forêt domaniale parc zoologique et des loisirs d’Alger, commune de Hydra, wilaya d’Alger, du régime forestier national, destinée à la réalisation d’une cité du cinéma”, est-il mentionné dans le JO.

Cette parcelle de forêt, d’une superficie de 6 hectares, est incorporée au domaine privé de l’Etat, selon le décret précisant que sa gestion sera assurée par le Centre national de l’industrie cinématographique.

“Les espaces boisés se trouvant sur la parcelle de forêt doivent être préservés et protégés”, souligne le même texte.

Il est étonnant que ce projet de six hectares soit implanté au cœur de ce Parc qui constitue un poumon pour la capitale, notamment ceux qui habitent les hauteurs d’Alger. Pis encore, il s’agit d’un projet pour le cinéma, ce qui nécessite pas son implantation dans une forêt ! Il aurait pu être réalisé dans la périphérie d’Alger, dans la nouvelle ville de Sidi Abdelllah du côté de Zeralda où il y a des espaces à exploiter.

En d’autres termes, il n’était aucunement nécessaire que ce projet grignote six hectares du Parc zoologique, lequel doit être préservé.

Le plus étonnant, c’est le silence des associations de protection de l’environnement et surtout du ministère de l’Environnement.

Amel Bouchaib

Envoyer un commentaire

0Shares