DIA | Rentrée sociale, scolaire et universitaire : la circulation automobile étouffe Alger
69641
post-template-default,single,single-post,postid-69641,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Rentrée sociale, scolaire et universitaire : la circulation automobile étouffe Alger

DIA-20 septembre 2022: La rentrée sociale, scolaire et universitaire est terriblement redoutée à Alger, capitale du pays, en raison du problème de la circulation automobile qui ne semble pas avoir de solution pérenne. D’année en année, la circulation automobile étouffe Alger où il est devenu impossible de vivre, pour ainsi dire.

Avec la fin des vacances scolaires et la rentrée sociale, Alger s’est « repeuplée », ce qui pose de nouveau le problème de la circulation automobile. Un problème qui tend à se compliquer en raison des groupements résidentiels et de nouvelles citées qui poussent comme des champignons dans la capitale où il est difficile voire quasiment impossible de trouver une assiette foncière.

Il faut relever que la capitale arrive en tête par rapport aux autres wilayas du pays en matière de construction et de distribution de logements, ce qui signifie une densité importante de la population à Alger. Cela explique les bouchons interminables à longueurs de journée sur les routes d’Alger.

Les nouvelles cités ne sont pas dotées d’établissements scolaires des trois paliers d’où la contraintes des parents de prendre avec eux chaque matin et à la fin de l’après-midi leurs enfants à l’école. Une situation qui créée des bouchons sur les routes.

Une situation aggravée également par l’absence des moyens de transports en communs modernes, comme le métro et le tramway.  Ces derniers ne desservent qu’une partie de l’Est d’Alger, alors que le côté Ouest est livré aux transporteurs privés, sachant que le problème ne peut être réglé que l’Etat qui doit généraliser les moyens de transports en commun.

Dans les pays développés, le transport en commun relève exclusivement de l’Etat, ce qui encourage les citoyens à abandonner leurs véhicules personnels et se déplacer au travail dans les autobus, le tramway ou le métro.

Aussi, l’absence d’un plan de circulation bien étudié a créé cette situation de blocage sur les routes d’Alger où les Algérois soufrent s’un stress chronique. Avec le retour des étudiants et le transport universitaire, les routes de la capitale risquent d’être saturées…

Amir Hani

Envoyer un commentaire

0Shares