DIA | Un député algérien se retire d’une réunion méditerranéenne à cause de la présence d’un député israélien
59572
post-template-default,single,single-post,postid-59572,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Un député algérien se retire d’une réunion méditerranéenne à cause de la présence d’un député israélien

DIA-14 février 2021: Le député algérien, Ammar Moussa, a annoncé, samedi, le retrait de la délégation de son pays d’une réunion internationale, en raison de la participation d’un député israélien.

L’Assemblée populaire nationale (APN), prenait part lundi à une réunion virtuelle organisée par l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM), en coopération avec le bureau de lutte contre le terrorisme relevant de l’ONU, avait indiqué dimanche un communiqué de l’APN.

L’APN était représentée lors de cette réunion virtuelle par les députés, Abdelmadjid Dennouni, en sa qualité de vice-président de l’APM et Amar Moussa en sa qualité de rapporteur de la 2ème commission permanente de la coopération sociale, économique et écologique de l’Assemblée.

“Le débat du premier jour s’est déroulé d’une manière ordinaire et a porté sur les moyens de relancer l’activité économique et de contourner les retombées du coronavirus ainsi que sur la distribution équitable des vaccins”, a fait savoir Moussa qui a ajouté: “Un nouveau participant a, cependant, été ajouté, le deuxième jour, à la liste des intervenants. Il s’agissait d’un représentant israélien appelé Levi Maiky“.

Moussa en avait informé l’APN qui lui avait ordonné de ne pas y participer. Il avait, par la suite, informé le Réseau parlementaire international, qui s’est d’ailleurs montré compréhensif, quant à sa décision de se retirer de la réunion.

Le Réseau parlementaire international est une coalition qui cherche à renforcer la coopération entre les législateurs, les parlementaires et les formations politiques du monde entier.

Les députés algériens ont présenté à la présidence du Parlement, au début de l’année en cours, un projet de loi portant sur la criminalisation de la normalisation avec Israël et comprenant des dispositions interdisant les voyages et tout contact direct ou indirect avec Tel Aviv. L’Algérie est l’un des pays arabes qui refusent d’établir des relations diplomatiques avec Israël.

Cinq jours après la signature de la normalisation des relations des Émirats arabes unis et du Bahreïn avec Israël, sous les auspices des Etats-Unis, le président algérien, Abdelmajid Tebboune avait affirmé, dans le cadre d’une riposte officielle, que son pays rejetait toute relation avec Israël et que la question palestinienne était sacrée pour le peuple algérien.

Amir Hani 

1 Comment

  • Mellah hocine
    15 février 2021 10:59

    Pourquoi ne pas couper toute relation avec ceux qui ont reconnu l’État d’Israël , c’est le cas des Émirats du Bahreïn, comme ce fut avec le Maroc . Cessons cette politique de l’autruche et faisant les choses comme il se doit . Sinon , indirectement, les relations avec. Ces pays ce sont des relations avec Israël.

Envoyer un commentaire