DIA | Un week-end de terreur pour les ministres du gouvernement Djerad
59643
post-template-default,single,single-post,postid-59643,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Un week-end de terreur pour les ministres du gouvernement Djerad

DIA-19 février 2021: L’annonce du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, ce jeudi soir, du remaniement du gouvernement dans les 48 heures, terrorise déjà plusieurs ministres qui sont sur la sellette depuis plusieurs jours. Ils passeront un week-end de terreur, à l’écoute de la moindre information parvenant de la présidence de la République concernant leur maintien ou leur limogeage.

Ces ministres étaient dans l’expectative depuis le 30 décembre dernier quand le président de la République avait annoncé, lors de la dernière réunion du Conseil des ministres, qu’il n’était pas satisfait du bilan de certains ministres.

Il avait réitéré la même remarque avant son retour en Allemagne où il avait subi une intervention chirurgicale sur son pied droit. Le temps de cette intervention chirurgicale avait amené plusieurs ministres à solliciter les journalistes des différents médias pour des interviews. D’autres ministres ont  rendu public leurs bilans pour tomber dans le piège de l’autosatisfaction.

Des ministres qui avaient hiberné au sens propre du terme pendant toute la période de convalescence du Président, sont sortis de leur torpeur pour balancer des chiffres et faire des annonces à même de plaire au chef de l’Etat, alors que sur le terrain, leurs bilans ne plaident pas en leur faveur !

Ces ministres qui auront passé, pour la plupart, une année au sein du gouvernement seront limogés à la grande satisfaction des citoyens qui en ont marre des bourdes à répétition de ces ministres, devenus la risée des réseaux sociaux.

Mohamed Nassim

Envoyer un commentaire