DIA | Bilan financier du 1er semestre 2021: Ooredoo réduit fortement son investissement en Algérie
63737
post-template-default,single,single-post,postid-63737,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Bilan financier du 1er semestre 2021: Ooredoo réduit fortement son investissement en Algérie

DIA-07 août 2021: Dans son bilan du 1er semestre 2021, rendu public aujourd’hui, l’opérateur Ooredoo a réduit ses investissements pour la modernisation de son réseau 4G en Algérie. L’opérateur qatari a adopté une stratégie tournée essentiellement vers la commercialisation des services de l’Internet mobile à très haut débit et cela dans un contexte exceptionnel lié à la pandémie.

Ainsi durant les six premiers mois de l’année 2021, Ooredoo Algérie a réduit fortement ses engagements en Algérie, avec seulement 3.6 milliards de dinars algériens d’investissements destinés essentiellement au renforcement et la modernisation de son réseau de couverture, ce qui représente seulement 5 % du montant des investissements des opérateurs en Algérie. C’est beaucoup moins qu’en 2020, où Ooredoo avait investi 6,5 milliards de DA, pour le le premier semestre 2020.  

En revanche les chiffres, les revenus de Ooredoo Algérie ont atteint 41 milliards de dinars durant le 1er semestre 2021 (38 milliards de dinars au 1er semestre 2020).  

Le résultat avant intérêts, impôts (taxes), dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations (EBITDA) a quant à lui atteint 14.6 milliards de dinars soit une hausse de 15.8% par rapport à l’année précédente (12,6  milliards de dinars algériens au 1er semestre 2020). Le parc clients, se stabilise à 12.6 millions d’abonnés à fin juin 2021. Au sein du Groupe, Ooredoo Algérie représente seulement 11 % du nombre d’abonnés. 

Salim Bey 

1 Comment

  • Mellah hocine
    8 août 2021 14:55

    Lorsque des entreprises étatiques ou privées algériennes mettent les clés sous le paillasson qu’en sera t il de ces entreprises étrangères qui ne veulent qu’assurer le minimum.
    L’Algérie a subit cette crise de plein fouet sans pouvoir réagir par la faute de dirigeants amorphes incapables d’apporter des solutions dans tous les domaines. On a comme l’impression que ces dirigeants vivent en hibernation sans jamais arriver à placer un projet ou encore rester dans la continuité des projets en cours. Tout , absolument tout, semble à l arrêt, si ce n’est certaines rares interventions de certains investisseurs qui essaient, tant bien que mal ,de maintenir l’activité.
    Ces réunions du HCS ou ces conseils de gouvernement doivent donner un nouveau souffle à cette décadence socio-économique qui risque ou qui mène le pays vers l’abîmé. L’exemple du Venezuela est ici présent avec une chute dans l’inconnu.
    J’ai bien peur pour notre Algérie .

Envoyer un commentaire

0Shares