DIA | Décès du Covid-19 de Saïd Hilmi, le gentlemen de la comédie algérienne (Vidéo)
63649
post-template-default,single,single-post,postid-63649,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès du Covid-19 de Saïd Hilmi, le gentlemen de la comédie algérienne (Vidéo)

DIA-04 août 2021: Le Covid a encore frappé de plein fouet la famille artistique. Le grand comédien Saïd Hilmi et est décédé mercredi à Alger à l’âge de 82 ans des suites de complications liées au coronavirus, a-t-on appris de ses proches. Avec sa moustache, et son costume toujours tiré à quatre épingle, il était considéré comme le Gentleman de la comédie algérienne, toujours généreux et toujours accueillant.  

L’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (ONDA) avait annoncé, il y a quelques jours, la dégradation de l’état de santé de Saïd Hilmi suite à sa contamination au Covid-19.

De son vrai Nom Said Brahimi, il est né le 15 mai 1939 à Azeffoun. Orphelin dés le jeune âge. Il s’installe avec son grand frère Mohamed Hilmi à la Casbah. C’est ce dernier qui était considéré déjà comme une grande vedette de théâtre, de radio et de télévision, qui l’a introduit dans le monde du théâtre et la télévision. Un jour, il lui proposa un rôle dans une pièce de Bachtarzi “Mouni Radjel”. C’est le début d’une longue carrière. Mais Said a su tracer sa carrière artistique en participant dans les émissions radiophoniques pour enfants.

A partir de 1990, feu Said Hilmi redécouvre le café-théâtre avec “Akardeche” sur les fréquences de la radio d’expression kabyle Chaîne 2.

Il participa entre temps à plusieurs œuvres cinématographiques, le défunt a brillé dans “Zone interdite” en 1974 “Ali au pays des mirages” en 1979 de Ahmed Rachedi, “Douar des femmes” en 2005 de Mohamed Chouikh ou encore “El ouelf essaib” en 1990 réalisé par son frère Mohamed Hilmi. SaidHilmi a également participé à la première œuvre cinématographique amazigh “La colline Oubliée” de Bouguermouh.   Le défunt a participé aux côtés de grands artistes tel que Sid Ali Kouiret, Fatiha Berbère ou Nouria, dans “A prendre ou à laisser”. 

Connu et reconnu en milieu artistique pour sa passion son travail, son enthousiasme et inquiétude pour le cinéma algérien, le regretté était en contact permanent avec les artistes et membre actif au sein de l’association Adwaa à la tête de laquelle il était désigné récemment président d’honneur. 

Le défunt sera enterré demain dans son village à Azeffoun, une région qui a longtemps donné des grands noms de la Culture algérienne.  

Salim Bey 

1 Comment

  • Mellah hocine
    5 août 2021 11:36

    Toutes nos sincères condoléances à la grande famille HILMI, ainsi qu’a la famille de l’art et de la culture. Comme tant d’autres artistes ,partis rejoindre le vaste paradis , Said s’est fait éteindre par cette sale épidémie sans que l’État ne puisse faire un geste d’apaisement . Apaisement , oui , car la perte d’une vie n’appartient qu’au seul Bon Dieu.
    Puisse Dieu lui réserver une place en son vaste paradis.

Envoyer un commentaire

0Shares