DIA | Deux ans de prison ferme requis à l’encontre de Naïma Salhi
69924
post-template-default,single,single-post,postid-69924,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Deux ans de prison ferme requis à l’encontre de Naïma Salhi

DIA-06 octobre 2022: La sinistre présidente du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP), Naïma Salhi, a fini par être rattrapée par a justice et jugée pour ses déclarations et positions racistes et haineuses. Le procureur de la République près le tribunal de Cheraga (Alger) a requis, mercredi, une peine de deux ans de prison ferme et une amende de 50.000 DA à l’encontre Naïma Salhi, poursuivie en justice pour atteinte à l’unité nationale et diffusion de publications racistes susceptibles de porter atteinte à l’intérêt du pays.

Elle est accusée « d’atteinte à l’unité nationale » et l’incitation à la haine, suite à une plainte déposée contre elle par un collectif d’avocats.

Pour rappel, il y a deux années, un groupe d’avocats ont déposé une plainte contre Naima Salhi pour « incitation à la haine raciale ». Elle avait appelé, en plein Hirak, « au meurtre des citoyens de la région de Kabylie». Elle avait aussi affirmé en toute impunité qu’elle interdira à ses enfants de se marier à des Kabyles, qu’elle a qualifiés de  « zouaves », ce qui avait suscité la réaction de la classe politique, des avocats et défenseurs des droits de l’Homme ainsi que le Haut commissariat à l’Amazighité.

Amel Bouchaib

Envoyer un commentaire

0Shares