DIA | Jean-Yves Le Drian convoqué par la justice malienne dans une affaire de passeport biométrique
67261
post-template-default,single,single-post,postid-67261,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Jean-Yves Le Drian convoqué par la justice malienne dans une affaire de passeport biométrique

DIA-12 mai 2022: Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian est convoqué par la justice malienne dans le cadre d’une enquête portant sur une «atteinte aux biens publics et autres infractions», a appris mercredi 11 mai l’AFP auprès d’un tribunal de Bamako, dans un contexte de relations très tendues entre Paris et Bamako.

«Le juge d’instruction du deuxième cabinet au tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako (pôle économique et financier) invite Monsieur Jean-Yves Le Drian à se présenter à son cabinet le lundi 20 juin 2022 pour affaire le concernant», précise la convocation, qui a été authentifiée à l’AFP par la justice malienne.

«Nous sommes au stade des enquêtes»

Une source judiciaire malienne a précisé à l’AFP que cette enquête faisait suite à une plainte d’une plateforme de plusieurs associations de la société civile malienne, dénommée «Maliko» («La cause du Mali»). «C’est une histoire d’attribution d’un marché de fabrication de passeports maliens à une société française (à laquelle) le fils de Le Drian serait lié», a ajouté cette source judiciaire. Selon un document officiel consulté par l’AFP, l’affaire date de 2015, lorsque Ibrahim Boubacar Keita était président du Mali.

À cette époque, une société française – Oberthur Technologie – a obtenu pour une dizaine d’années le marché de fabrication des passeports biométriques maliens. «Le Drian était à l’époque ministre de la Défense. A-t-il appuyé le dossier pour défendre une entreprise française ou ses intérêts ? Voilà en gros ce que la justice malienne cherche à comprendre. Là, nous sommes au stade des enquêtes», a déclaré à l’AFP une autre source judiciaire malienne.

Envoyer un commentaire

0Shares