DIA | L’Algérie et l’Egypte conviennent d’activer les mécanismes de concertation et de coordination à tous les niveaux
66222
post-template-default,single,single-post,postid-66222,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’Algérie et l’Egypte conviennent d’activer les mécanismes de concertation et de coordination à tous les niveaux

DIA-25 janvier 2022: Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, ont convenu de promouvoir les cadres de coopération bilatérale à travers l’activation des mécanismes de concertation et de coordination entre les deux pays à tous les niveaux, soulignant leur volonté de continuer d’œuvrer au développement de leurs relations de coopération économique, selon la déclaration conjointe publiée par la Présidence de la République au terme de la visite du Président Tebboune au Caire, dont voici la traduction APS.

“Dans le cadre des liens historiques qui unissent la République arabe d’Egypte et la République algérienne démocratique et populaire, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a effectué, les 24 et 25 janvier 2022, une visite de travail et de fraternité au Caire, à l’invitation de son frère le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, qui lui a réservé un accueil solennel au Palais d’Al-Ittihadiya à Héliopolis, lequel a été suivi d’entretiens en tête-à-tête entre les deux présidents et d’une séance de concertations élargies aux membres des délégations des deux pays.

Lors de la rencontre, les deux parties ont examiné divers aspects des relations entre la République arabe d’Egypte et la République algérienne démocratique et populaire, ainsi que les voies et moyens de les promouvoir à la hauteur des aspirations des deux peuples frères et au service de leurs intérêts mutuels, à la lumière de la communauté de destin qui les unit et de leurs objectifs communs.

Les deux présidents ont souligné le caractère stratégique et privilégié des relations bilatérales et convenu de promouvoir les cadres de coopération bilatérale entre les deux pays à travers l’activation de leurs mécanismes de concertation et de coordination à tous les niveaux.

Ils ont, dans ce contexte, annoncé la tenue de la prochaine session de la Haute commission mixte entre l’Egypte et l’Algérie, sous la présidence des Premiers ministres des deux pays, et du mécanisme de concertation politique au niveau des ministres des Affaires étrangères, au cours du premier semestre de 2022.

Abordant les relations de coopération économique entre l’Algérie et l’Egypte, les deux présidents ont souligné leur attachement à poursuivre leur développement, à accroitre l’échange d’investissements, à tirer profit du climat attractif des investissements dans les deux pays, à augmenter les échanges commerciaux, à renforcer les partenariats, à échanger les expériences dans divers domaines en vue d’appuyer les efforts des deux Etat pour concrétiser le développement et la prospérité, augmenter les échanges et améliorer la performance de l’économie.

Pleinement convaincus que la sécurité nationale arabe est indissociable, ce qui exige la conjugaison des efforts et la solidarité arabe pour sa préservation et la dynamisation des mécanismes de l’action commune arabe, les deux présidents ont donné des instructions à l’effet d’intensifier la coordination lors de la prochaine étape pour dynamiser les mécanismes de l’action commune arabe dans le cadre de la Ligue arabe.

Dans ce cadre, le président Abdel Fattah al-Sissi s’est réjoui de la tenue à Alger du prochain sommet arabe, se disant convaincu que la l’Algérie, pays frère, abritera avec succès les travaux du sommet, ce dernier étant une étape importante pour unifier les vues arabes à l’égard des différentes questions et renforcer les cadres de coopération et de coordination entre les pays arabes.

Concernant la situation aux plans international et régional, les deux chefs d’Etat ont mis l’accent sur l’importance de la coordination entre les deux pays frères aux plans arabe, africain, méditerranéen et international, soulignant la nécessité de consacrer la tradition de la concertation et de la coordination, au mieux des intérêts des deux peuples frères.

Dans ce contexte, les deux présidents ont passé en revue les derniers développements sur la scène arabe et ont convenu de l’impératif de préserver la sécurité nationale arabe dans le contexte des défis dangereux auxquels fait face la région.

Ils ont, dans ce sens, souligné la nécessité de renforcer la notion de l’Etat nation, de soutenir le rôle des institutions afin de satisfaire les aspirations des peuples arabes et de rejeter toute tentative d’ingérence dans les affaires internes des pays arabes.

Les deux parties ont également convenu d’appuyer les cadres et mécanismes de l’action arabe commune et les efforts de la Ligue arabe au mieux des intérêts des Etats arabes.

Les deux chefs d’Etat ont également évoqué les derniers développements de la cause palestinienne, cause centrale de la nation arabe, outre les efforts déployés pour la préservation des droits du peuple palestinien frère et la réalisation de ses aspirations légitimes à asseoir un Etat indépendant sur les frontières de juin 1967, avec comme capitale Al-Qods, et ce à travers la mobilisation des efforts régionaux et internationaux pertinents.

A ce propos, le Président Tebboune a salué les efforts consentis par l’Egypte en faveur de la réconciliation palestinienne et la reconstruction de Ghaza, au moment où le président égyptien a salué l’effort algérien fourni en la matière.

Par ailleurs, les deux présidents ont affirmé que la solution pour la crise qui secoue la Libye, pays frère, doit être inter-libyenne, en parvenant à un consensus entre ses enfants, un consensus susceptible de garantir l’unité et la souveraineté de ce pays.

Aussi ont-ils plaidé pour le retrait des forces étrangères, des mercenaires et des combattants étrangers, mettant en avant la nécessité de tenir les élections présidentielle et parlementaires afin de permettre au peuple libyen frère d’exprimer librement sa volonté et réaliser ses aspirations légitimes.

Par ailleurs, les deux présidents ont convenu de la nécessité de soutenir la stabilité de la situation au Soudan et de respecter sa souveraineté et son intégrité territoriale, au service de la paix et de la sécurité dans le continent africain.

Ils ont souligné l’importance de soutenir les efforts visant à instaurer la stabilité dans la région sahélo-saharienne, à la lumière de la situation sécuritaire qui y prévaut et de manière à resserrer l’étau autour des groupes terroristes et extrémistes actifs dans cette région et aider les pays sahélo-sahariens à surmonter les défis auxquels ils sont confrontés, et ce, à travers l’intensification des cycles de formation dispensés à leurs cadres dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

Les deux présidents ont également relevé l’importance d’une coopération conjointe entre les deux pays en vue de promouvoir l’Union africaine (UA) et consacrer  l’intégration continentale et économique grâce à la coordination entre l’UA et les ensembles économiques régionaux, de façon à permettre d’atteindre les objectifs de l’Agenda de développement de l’Afrique 2063, mettant en avant l’importance de l’action commune dans le renforcement du rôle de l’UA afin qu’elle puisse s’acquitter pleinement de ses missions et réaliser les aspirations des peuples du continent.

Ils ont, par ailleurs, évoqué la question du barrage de la renaissance et de la grande importance des eaux du Nil pour le peuple égyptien, et convenu de la nécessité de parvenir à un accord juridique contraignant qui organiserait l’opération de remplissage et de fonctionnement du barrage, au mieux des intérêts des trois pays: l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie, de manière juste et équitable.

Sur le plan international, les deux présidents ont mis en avant la nécessité d’asseoir des relations internationales sur la base de la charte des Nations unies et des principes consacrés dans ce cadre, en tête desquels le respect de la souveraineté des Etats et la non-ingérence dans les affaires internes des Etats membres de l’ONU.

De son côté, le Président Tebboune a salué l’accueil par l’Egypte du sommet sur les changements climatiques cette année, relevant l’importance de cet évènement et la nécessité de saisir cette opportunité renouvelée pour franchir un pas en avant dans la prise en charge des préoccupations des payas arabes et africains, les plus impactés par ce phénomène.

L’occasion était, également, pour les deux présidents d’évoquer la crise induite par la pandémie du Covid-19 et les différents impacts générés sur la situation sanitaire, économique et sociale dans tous les pays. Ils ont plaidé pour une meilleure maîtrise par les pays arabes des fondements de la sécurité sanitaire et de l’autosuffisance.

Les deux présidents ont convenu de consolider la coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, sous toutes ses formes, appelant la communauté internationale à adopter une approche sécuritaire, économique, sociale, de développement, intellectuelle et idéologique globale face à ce fléau, à même de permettre de mieux cerner toutes les organisations terroristes, en réduire les capacités à enrôler de nouveaux éléments et en assécher les sources de financement.

Enfin, le Président Tebboune a exprimé ses remerciements pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité dont il a été entouré ainsi que la délégation l’accompagnant au Caire et invité son frère, le président Abdel Fattah Al-Sissi à visiter l’Algérie. Le président Al-Sissi a accepté l’invitation, la date devant être fixée ultérieurement par les canaux diplomatiques.

1 Comment

  • Mellah hocine
    26 janvier 2022 11:29

    L’approche du problème palestinien reste une divergence majeur entre les deux pays , notamment avec ce vol de Égypte air:
    La compagnie aérienne égyptienne Egypt Air a fait atterrir un avion en Israël, pour la première fois de manière officielle et avec son logo sur l’appareil, Des images diffusées par l’IAA montrent un appareil avec le sigle distinctif d’Egypt Air sur le tarmac de l’aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv.
    De plus les deux pays se sont entendus pour construire un nouveau gazoduc entre le gisement offshore de Leviathan, en Méditerranée orientale, et l’Egypte afin d’accroître les livraisons de gaz naturel liquéfié vers l’Europe,
    Sans oublier que depuis l’été 2020, quatre pays arabes (Emirats arabes unis, Bahreïn, Maroc et Soudan) ont normalisé leurs relations avec l’Etat hébreu donnant notamment naissance à des liaisons aériennes commerciales entre Tel-Aviv et Dubaï, Marrakech et Manama.
    Alors qui de cette relation algero-égyptienne.

Envoyer un commentaire

0Shares