DIA | Lamamra et Blinken discutent de la situation en Tunisie, en Libye et au Sahel
63720
post-template-default,single,single-post,postid-63720,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Lamamra et Blinken discutent de la situation en Tunisie, en Libye et au Sahel

L’Algérie et les Etats-Unis ont discuté vendredi de la situation en Tunisie et en Libye, ainsi que des questions régionales et internationales. C’est ce qui ressort d’un appel téléphonique reçu par le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, de son homologue américain Antony Blinken.

Lamamra a indiqué dans un tweet posté sur son compte officiel qu’il « a reçu un appel téléphonique aujourd’hui du secrétaire d’État américain, Antony Blinken ».

Le chef de la diplomatie algérienne a souligné « avoir discuté avec Blinken des perspectives de développement des relations bilatérales entre l’Algérie et les Etats-Unis ». Et Lamamra d’ajouter, « Nous avons également examiné en profondeur nombre de défis régionaux et internationaux ». L’ambassade de Washington en Algérie a indiqué par voie de communiqué publié sur sa page Facebook que Blinken « a évoqué vendredi avec Lamamra nombre de questions régionales, notamment les derniers développements en Tunisie, en Libye et au Sahel ».

Le communiqué a souligné que Lamamra et Blinken « ont convenu de la nécessité pour la Libye de retrouver sa souveraineté, sa stabilité et son unité, sans ingérence étrangère ».

Le chef de la diplomatie américaine a renouvelé l’engagement de son pays à aider l’Algérie à lutter contre la pandémie de la covid-19, à travers un don de vaccins, une aide d’urgence directe de plus de 4 millions de dollars ainsi que la livraison d’un hôpital de campagne ».

Le ministre algérien des Affaires étrangères avait effectué il y a quelques jours une tournée africaine qui l’avait conduit en Tunisie, en Éthiopie, au Soudan et en Égypte, pour la terminer à nouveau par une visite en Tunisie, où il avait transmis un message oral du Président Abdelmadjid Tebboune, à l’adresse de son homologue tunisien, Kaïs Saïed.

Le Président algérien avait effectué début août un entretien téléphonique avec Kaïs Saïed, qui lui a assuré à cette occasion que « la Tunisie est sur la bonne voie pour consolider la démocratie et le pluralisme et que des décisions importantes seront prises prochainement ».

2 Comments

  • Mellah hocine
    8 août 2021 15:39

    Lamamra ici, Lamamra la-bas , un mouvement, malheureusement immuable, qui cherche une accroche pour un pays qui semble tourner en rond sans pouvoir assumer des positions à l’image de cette grande Algérie qui fut jadis incontournable dans le règlement des conflits internationaux.
    Comment peut on agir d’égal à égal avec un pays qui tire les ficelles de tous les conflits et qui nous promet une aide dans le traitement de dette crise sanitaire. Percevoir une aide reste un signe de faiblesse point final.
    La situation en Tunisie ou en Libye ne concerne que ces deux pays qui sont capables de résoudre leurs propres problèmes .Occupons nous de nos propres problèmes qui plombent l’activité quotidienne.
    Les problèmes notamment socio-économiques algériens sont dans un état tel que seule une révision de la trajectoire politique des gouvernants est , à même, capable de les résoudre.

  • Mellah hocine
    8 août 2021 16:21

    Que dire alors de ce vide diplomatique entre Alger et Washington.
    ” Depuis une année, l’Ambassade des Etats Unis est sans chef de mission et pourtant le président des Etats-Unis, Joe Biden, avait proposé le 16 avril 2021 Elizabeth Moore Aubin au poste d’ambassadrice des Etats-Unis à Alger, en remplacement de John Desrocher parti depuis août 2020. Depuis l’Ambassade US à Alger fonctionne avec un Chargé d’affaires par intérim Gautam Rana aidé pour la communication par un porte-parole Khaled Wolfsberg, qui maitrise aussi bien l’arabe que le français. ”
    Un vide qui ne peut combler cette discutions entre Lamamra et Bien. C’est plutôt ce problème qui mérite d’être soulever , au lieu de parler de la Tunisie et de la Libye.

Envoyer un commentaire

0Shares