DIA | Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises «d’ici un mois»
71762
post-template-default,single,single-post,postid-71762,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises «d’ici un mois»

DIA-21 janvier 2023: Le Burkina Faso a demandé cette semaine le départ des troupes françaises de son sol dans un délai d’un mois, ont indiqué samedi soir l’Agence d’information burkinabè (AIB) et une source proche du gouvernement.

«Le gouvernement burkinabè a dénoncé mercredi dernier, l’accord qui régit depuis 2018, la présence des Forces armées françaises sur son territoire», a indiqué l’AIB, qui précise que le délai pour ce départ est «d’un mois». Selon une source proche du gouvernement, les autorités ont demandé «le départ des soldats français dans un bref délai».

1 Comment

  • Mellah hocine
    22 janvier 2023 13:52

    Tout est dit sur la pancarte brandie par l’un des manifestants de la photo.
    En effet , la quasi majorité des peuples africains devienne de plus en plus conscient de la réalité de la présence française en Afrique. La France fait tourner ses usines avec des matières premières « volees » en afrique, aujourd’hui le jour est venu pour rendre des comptes .
    Malgré l’existence de textes universels reconnaissant le droit des peuples à l’émancipation et à l’autodétermination, en l’occurrence la Charte des Nations Unies de 1945, la puissance coloniale a maintenu une présence militaire dans plusieurs pays après l’octroi de leurs indépendances. De Djibouti au Sénégal en passant par le Tchad, le Mali et le Gabon, la France quadrille le continent du Sahel à la Corne de l’Afrique.
    Les enjeux sont surtout économiques », éclaire Thierry Mwepu, professeur et géopoliticien à l’université de Kinshasa.
    « La majorité des pays où sont déployés des soldats français sont des pays qui regorgent d’intérêts économiques ou démographiques de la France », ajoute-t-il, affirmant que « les plus importants » investissements français en Afrique sont logés dans les pays du Sahel.
    Il est arrivé le moment où les peuples africains peuvent prendre leur destin en main.

Envoyer un commentaire

0Shares