DIA | Le caractère social de l’Etat algérien sera maintenu, selon Benabderrahmane
65553
post-template-default,single,single-post,postid-65553,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le caractère social de l’Etat algérien sera maintenu, selon Benabderrahmane

DIA-18 novembre 2021: Le caractère social de l’Etat algérien sera maintenu a affirmé le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, soulignant que l’Etat n’entendait pas renoncer à l’aide sociale.

Il s’agit d’une disposition contenue dans la Déclaration du 1er novembre 1954 dans laquelle il est mentionné que le caractère social de l’Etat algérien doit être préservé afin de permettre à tous les Algériens, notamment les plus démunis de bénéficier des aides et soutiens de l’Etat.

Le Premier ministre qui intervenait devant les députés de l’APN, après l’adoption du projet de loi de finances (PLF) 2022, a rappelé l’attachement de l’Etat à l’aide sociale, soutenant que le terme de «renoncement» à cette aide “doit être banni du langage en Algérie”.

Par cette déclaration, le Premier ministre a démenti ce qui est rapporté par des médias et dans les réseaux sociaux concernant la suppression des aides de l’Etat.

Contrairement aux aides l’Etat qui était destinés à tous les Algérie, il précisé qu’à présent il s’agit seulement de “l’adoption d’une nouvelle philosophie visant à cibler, directement par des aides, les familles dans le besoin”.

Pour le PM, il s’agit de “protéger le pouvoir d’achat des citoyens” et de “mettre les deniers publics à l’abri de la corruption”.

Le gouvernement a consacré, dans le PLF, 1.942 milliards de dinars à la politique d’aide sociale.

Amir Hani

Envoyer un commentaire

0Shares