DIA | Le chef de l’Etat  reçoit des présidents de partis et annonce son retour en force
59539
post-template-default,single,single-post,postid-59539,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le chef de l’Etat  reçoit des présidents de partis et annonce son retour en force

DIA-13 février 2021: Moins de 24 heures après son retour au pays, après un séjour médical en Allemagne, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu ce samedi trois présidents de partis politiques. Il annonce son retour en force après une absence de près de trois mois pour des raisons de santé.

Le chef de l’Etat a reçu deux des présidents de partis qui étaient ses concurrents à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019, Abdelkader Bengrina (Mouvement EL Bina) et Abdelaziz Belaïd (Front El Moustakbel) ainsi que Djilali Soufiane (Jil Jadid).

Au cours de ces trois audiences, la nouvelle loi électorale qui est en cours d’élaboration en vue d’organiser les prochaines élections législatives et locales, a été évoquée. Le président de la République fait de ces élections une priorité pour “édifier l’Algérie nouvelle”.

Ces audiences interviennent aussi dans le sillage du prochain large remaniement du gouvernement. Le chef de l’Etat a déjà fait part de sa déception du bilan de l’actuel gouvernement, laissant ainsi entendre un large remaniement ministériel.

Un remaniement qui pourrait voir des ministres des ces partis intégrer le futur gouvernement.

L’activité du président de la République, juste après son retour au pays pourrait être considérée comme une réponse à certaines parties qui annoncent que le chef de l’Etat ne pourrait pas assumer ses fonctions au moment ou d’autres ont évoqué “la démission du Président”.

Mohamed Nassim

1 Comment

  • Mellah hocine
    14 février 2021 11:23

    Aucune représentativité pour les personnes qu’il a reçues. Le président se doit d’inviter les vrais partis populaires et les personnalités influentes issues du hirak . Ce sont celles la qui le renseigneront sur l’état sociale de l’Algérie.
    Je citerais les représentants du PAD ,les avocats du hirak ,ainsi que des experts comme Lalmas .
    Il doit prendre des décisions fortes à la mesure de la degration du pays.

Envoyer un commentaire