DIA | Le pétrole algérien augmente de plus de 5 dollars en janvier
59541
post-template-default,single,single-post,postid-59541,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dernière infos Algerie:La-recette-de-fabrication-du-pétrole

Le pétrole algérien augmente de plus de 5 dollars en janvier

DIA-13 février 2021: Les cours du Sahara Blend, le brut de référence algérien, ont augmenté de 5,09 dollars en janvier dernier, soit une hausse de 10,2% par rapport à décembre, soutenus notamment par l’optimisme quant à la reprise de la demande mondiale et les efforts des pays de l’Opep+ visant à limiter la production pétrolière afin de stabiliser le marché.

Selon les chiffres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), publiés dans son dernier rapport mensuel, les cours du brut algérien ont atteint 55,08 dollars le baril en janvier 2021, contre 49,99 dollars en décembre 2020.

Cette hausse a permis de placer le Sahara Blend à la 2ème position parmi les bruts les plus chers du panier de l’Opep en mois de janvier, après l’Angolais Girassol (55, 84 dollars/baril), alors qu’il occupait la 3ème place en décembre dernier. 

Le prix du pétrole algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du Nord, côté sur le marché de Londres avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques appréciées par les raffineurs.

Cette progression intervient dans un contexte de hausse générale des prix du brut, en raison de “l’amélioration des fondamentaux du marché, avec notamment les perspectives d’un resserrement de l’offre de brut, la tendance à la baisse des stocks mondiaux de pétrole, et l’optimisme quant à la reprise de la demande de pétrole alors que les pays du monde approuvent de plus en plus les vaccins anti-Covid et commencent les campagnes de vaccination”, explique le rapport.

La confiance du marché s’est encore “renforcée” par les données montrant un niveau de conformité “élevé”, en mois de décembre 2020, au quotas fixés dans le cadre de l’accord de baisse de l’Opep+ et par la décision unilatérale de l’Arabie saoudite d’ajuster volontairement sa production à la baisse de 1 millions de baril/ jour supplémentaire en février et mars, note la même source.

Le rapport fait remarquer dans ce contexte que le panier de l’Opep avait atteint en janvier son plus haut niveau depuis mars 2020, en hausse de 5,21 dollars (+10,6%) pour s’établir à une moyenne de 54,38 dollars le baril.

Concernant la production algérienne, le rapport de l’Opep indique qu’elle a atteint 874.000 barils par jours  en janvier 2021, contre 863.000 barils en décembre 2020 (+11.000 barils). La production moyenne de l’Algérie avait baissé en 2020 pour s’établir à 899.000 barils par jours contre 1,023 million de barils par jour en 2019.

Pour ce qui est de la demande mondiale de pétrole, l’Opep estime que celle-ci “devrait désormais augmenter de 5,8 millions de barils par jour (mbj). Les prévisions de l’Opep sont ainsi révisées à la baisse d’environ 0,1 mbj par rapport à celles du mois dernier, pour s’établir en moyenne à 96,1 mbj.

Par ailleurs, l’Opep souligne que des évolutions positives sur le front économique, soutenues par des programmes de relance massifs, devraient encourager la demande dans divers secteurs au second semestre de l’année 2021.

S’agissant de l’approvisionnement mondial en pétrole, les prévisions de croissance de l’offre hors Opep en 2021 ont été révisées à la baisse d’environ 0,2 mbj. La production des pays non membres progressera ainsi de 0,7 mbj, pour atteindre en moyenne 63,3 mbj.

Le rapport indique également que les bruts de l’Opep en 2021 seront plus demandés que prévu. La croissance de cette demande a été révisée à la hausse de 0,3 mbj par rapport au mois précédent pour s’établir à 27,5 mbj.

Envoyer un commentaire