DIA | Le terrain de tennis à l’OCO : l’autre grand gâchis
65365
post-template-default,single,single-post,postid-65365,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le terrain de tennis à l’OCO : l’autre grand gâchis

DIA-20 octobre 2021: Loin des polémiques sur la qualité de nos stades de football, les conditions auxquelles se trouvent plusieurs autres installations sportives, confirment entre autres, le profond dysfonctionnement qui plane sur la gestion des patrimoines sportifs en Algérie. C’est ce que nous avons d’ailleurs, pu constater lors de notre petit détour au complexe olympique Mohamed Boudiaf à Alger, et plus précisément à l’un des plus grands et le plus beau terrain de tennis en terre battue, et qui demeure malheureusement, l’exemple parfait d’un laisser-aller qui devient hélas, de plus plus contagieux et ce, malgré l’importance consacrée aux activités physiques et sportives dans le plan d’action gouvernemental. Pourtant, ce magnifique terrain ne semble guère séduire l’attention des autorités sportives au grand dam des amateurs de la petite balle jaune, puisqu’ils ne demandent qu’à pouvoir exploiter à nouveau cette infrastructure et notamment pour contribuer à la promotion de cette noble discipline en milieu d’une société qui ne correspond plus à ses aspirations sportives.

En tenant compte des mesures entreprises par le premier responsable du secteur de la jeunesse et des sports après avoir délégué la gestion de la pelouse du stade Mustapha Tchaker, à la fédération algérienne de football « FAF » pour défaut d’entretien, Alors qu’en est-il des autres disciplines ? Bien que, le ministre de la jeunesse et des sports, M. Sebgag Abderrezak, stipule le manque d’une main d’œuvre spécialisée pour la préservation des pelouses naturelles, mais n’empêche que, la situation dans laquelle, est exposé le terrain de tennis sis au complexe olympique Mohamed Boudiaf, et qui est rappelons-le, en terre battue, met en évidence cette maudite négligence, et qui ne cesse effectivement, de couter cher au trésor public, tout en privant au passage, les amoureux de la raquette à mieux exercer et développer leur performance.

Cependant, suite à la récente démarche qui a été approuvée par le ministre de la jeunesse et du sport en confiant l’entretien de la pelouse du stade de Blida à la FAF, nous avons appris de sources bien informées, que la fédération Algérienne de Tennis, s’apprête à son tour, à acheminer une demande pour le même motif concernant cette enceinte qui est visiblement, livrée à l’abondons.

1 Comment

  • Mellah hocine
    20 octobre 2021 15:18

    Ceux qui ont parlé d’un ministère du football ne se sont pas trompés.
    Après tous ces gâchis , il est grand temps de confier tous les stades ou enceintes , toute compétition confondue , aux clubs qui y jouent. Seuls les clubs peuvent en assurer l’entretien car ce sont eux qui y “jouent”.
    C’est fini le temps où la wilaya , par la DJS , gère un stade , nous sommes dans un professionnalisme qui impose aux clubs d’avoir leur stade.
    Une décision politique est indispensable quitte à solliciter le président de la république.

Envoyer un commentaire

0Shares