DIA | Les partis vainqueurs des législatives n’ont obtenus que sept postes ministériels
62779
post-template-default,single,single-post,postid-62779,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les partis vainqueurs des législatives n’ont obtenus que sept postes ministériels

Spread the love

DIA-08 juillet 2021: Contre toute attente, la représentation des partis victorieux des derniers législatives est très faible par rapport aux attentes des partis. Seulement six nouveaux ministres issus de cinq partis: le FLN, le RND, El Bina et El Moustakbel ont fait leur entrée dans le gouvernement Aymen Benabderahmane.  La première force politique à l’APN le FLN a obtenu trois ministères dans le gouvernement Benaberrahmane. Il s’agit de Samia Moualfi ministre de l’Environnement, Ahmed Zeghdar ministre de l’Industrie et Hicham Sofiane Salawatchi ministre de la Pêche et des productions halieutiques.
Le parti du RND a obtenu pour sa part, un poste dans le nouveau gouvernement. Il s’agit de Wafa Chaâlal nommée à la tête du département de la Culture et des Arts. Le mouvement EL Bina de Bengrina a également obtenu un seul poste, qui est Yacine Merabi, ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels.
Alors que le mouvement El Moustakbal a obtenu le maintien dans le gouvernement de Basma Azouar à la tête du ministère des Relations avec le Parlement, et la nomination de Ben Attou Ziane ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables. Pour sa part, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) de Abderrazak Makri a décidé de ne pas faire partie du gouvernement. Alors que les indépendants qui restent la deuxième force politique à l’APN n’ont obtenu aucun poste dans le dernier gouvernement mais ils espèrent récupérer le poste tant convoité de président de l’APN.  En revanche, 15 ministres issus du dernier gouvernement Djerrad ont été maintenus, ce qui en somme une surprise pour de nombreux observateurs qui s’attendaient à un remaniement radical.  

Amir Hani 
 

2 Comments

  • Mellah hocine
    9 juillet 2021 16:14

    Comment oser prétendre à des postes ministériels lorsque le peuple dans son écrasante majorité rejette tous ces partis ?
    Ces partis , jadis majorité présidentielle , doivent comprendre que les courroies de transmission sont cassées , ils sont sur une voie et le peuple est sur une autre voie . Ni le FLN -actuel-ni le RND , encore moins le MSP subiront ce que vient de subir Jil El Djadid qui a évolué en eaux troubles.
    Au vue de la superficie du pays , il serait plus sage de passer à un fédéralisme claqué sur les 6 wilayas de la révolution . Faire renaître ces wilayas en régions autonomes donnerait à l’Algérie un souffle nouveau et chaque région prendra en charge ses propres revendications . La gestion par le centralisme est terminée.
    A quoi servent ces 58 walis désignés par le pouvoir central ?
    Seule la défense nationale et les affaires étrangères resteront à Alger . Il est évident que la repartition du budget se fasse au prorata de la population de chaque région ainsi que des projets inscrits.

  • MEHANNECHE
    10 juillet 2021 9:46

    IL FAUT CESSER DE PARLER AU NOM DU PEUPLE ET ADHERER A LA DEMOCRATIE PAR LES URNES ET EVITER LA FITNA DE DIVISER LE PAYS EN 6 REGIONS AU LIEU DE 58 ACTUELLEMENT CEST LE PEUPLE QUI A PORTER LE PFLN A TITRE D EXEMPLE A LA PREMIERE FORCE DU PAYS ET NON PAR QUOTA OU DESINATION.L APPLICATION DU DESTOUR ET LES LOIS DE LA REPUBLIQUE EST OBLIGATOIRE POUR TOUTE ET TOUS.ENSEMBLE LA MAIN DANS LA MAIN POUR UN FUTUR MEILLEUR.

Envoyer un commentaire