DIA | Les raisons qui ont conduit au limogeage du Dg de l’ENTV
60985
post-template-default,single,single-post,postid-60985,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les raisons qui ont conduit au limogeage du Dg de l’ENTV

Spread the love

DIA-03 mai 2021: Les premières révélations du limogeage du Dg de l’ENTV sont en train de tombés. Contrairement à ce que tous le monde a avancé, ce n’est pas la série Achour Acher qui serait derrière la chute de Ahmed Bensabane, mais un contrat qui a établit avec une société émiratie sanoa media. Selon les deux médias El Hayet Tv et Ennahar tv, cette société média aurait été chargée à travers un contrat des expertises juridiques pour le compte de la télévision publique. Cette société audiovisuelle basée à Dubaï et couvrant le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Europe, travaille avec des particuliers tout autant qu’avec des entreprises, pour la distribution de chaînes TV, la création d’offres TV et de conseil en stratégies média. Parmi ses clients internationaux de Sanoa, on retrouve les principales chaînes du Paysage audiovisuel français (PAF ): TF1, Canal+, France télévision, France 24, Rotana, Mediawan ou encore le groupe M6.  

Selon certains médias, c’est la transaction avec cette société internationale, qui serait derrière le limogeage du DG de l’ENTV. Reste à connaitre les erreurs de gestion commise par l’ex patron de l’ENTV. 

En attendant, aucun responsable n’a été nommé à la tête de l’EPTV, plusieurs noms sont avancés mais favori ne semble prendre un sérieux avantage. 

Amir Hani 

 

1 Comment

  • Mellah hocine
    4 mai 2021 11:26

    Les raisons avancées par ces chaînes privées sont à prendre par des pincettes, car un limogeage ne se décide pas sur la base d’un tel contrat. S’il y a contrat de ce type , ce Directeur est probablement passé par une autorisation du ministère .
    Quelques mois après sa nomination, des journalistes de la Télévision algérienne avaient critiqué sa gestion. Ils avaient dénoncé « l’absence de tout changement éditorial, conformément à la volonté exprimée par le chef de l’Etat ». Les auteurs de la lettre avait aussi affirmé qu’Ahmed Bensebane reproduisait « les mêmes pratiques passées dans toutes leurs dimensions organisationnelles et professionnelles : marginalisation, exclusion, règlement de comptes, loyauté, favoritisme, dédain…». Une raison beaucoup plus plausible.

Envoyer un commentaire