DIA | Macron au magazine « le Point » : « Je n’ai pas à demander «pardon» pour la colonisation »
71561
post-template-default,single,single-post,postid-71561,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Macron au magazine « le Point » : « Je n’ai pas à demander «pardon» pour la colonisation »

DIA-13 janvier 2023:  «Je n’ai pas à demander pardon, ce n’est pas le sujet, le mot romprait tous les liens», a estimé Emmanuel Macron dans un long entretien avec l’écrivain algérien Kamel Daoud à l’hebdomadaire français Le Point publié mercredi soir. « Le pire serait de conclure : “On s’excuse et chacun reprend son chemin” », dit-il. « Le travail de mémoire et d’histoire n’est pas un solde de tout compte », poursuit-il. « C’est, bien au contraire, soutenir que dedans, il y a de l’inqualifiable, de l’incompris, de l’indécidable peut-être, de l’impardonnable », souligne-t-il.

La question des excuses est au cœur de la relation bilatérale et des tensions récurrentes entre les deux pays. En 2020, l’Algérie avait fraîchement accueilli un rapport de l’historien français Benjamin Stora préconisant une série de gestes pour tenter de réconcilier les deux pays, tout en excluant «repentance» et «excuses»«J’espère d’ailleurs que le président Tebboune pourra venir en 2023 en France», relève par ailleurs Emmanuel Macron, afin de poursuivre «un travail d’amitié (..) inédit» après la visite que lui-même a effectuée en Algérie en août 2022.

Interrogé sur la possibilité d’une cérémonie de recueillement du président algérien sur les sépultures des membres de la suite d’Abdelkader, héros de la résistance à la colonisation française, enterrés à Amboise, il a estimé que ce serait «un très beau et très fort moment» et qu’il le «souhaitait»«Je crois que cela fera sens dans l’histoire du peuple algérien. Pour le peuple français, ce sera l’occasion de comprendre des réalités souvent cachées », dit-il encore. AbdelKader (1808-1883) a été détenu à Amboise avec plusieurs membres de sa famille de 1848 à 1852.

Le voyage du président Macron à Alger en août a permis de remettre la relation bilatérale sur les rails après une crise liée à des propos qu’il avait tenus en octobre 2021. Le chef de l’État français avait alors reproché au gouvernement algérien de surfer sur la «rente mémorielle» et s’était interrogé sur l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation. «C’est peut-être une phrase maladroite et qui a pu blesser», concède Emmanuel Macron. Mais «ces moments de tension nous apprennent», ajoute-t-il, «il faut du coup savoir se retendre la main».

Emmanuel Macron appelle par ailleurs à «l’apaisement» des tensions entre l’Algérie et le Maroc, les deux puissances rivales dans la région. Il dit ne pas croire à une guerre entre ces voisins, tout en relevant «la spéculation chez les uns, le fantasme chez les autres et même la volonté de guerre chez certains». 

4 Comments

  • kamel madani
    13 janvier 2023 8:55

    se pardonner et avancer vers le futur pour une nouvelle generation pour prosperer et ne pas stagner dans lepassé nous au 21 iem siecle

    • Mellah hocine
      14 janvier 2023 14:18

      L’Algérie doit regarder ailleurs pour sa prospérité et pour l’avenir de ses nouvelles générations. La France n’est plus ce pays qui peut avoir des relations gagnant -gagnant.
      Lorsque c’est un responsable français qui le dit on ne peut que s’incliner : Manuel Valls aime achever ses discours par un couplet sur la grandeur de la France qui frise le ridicule. Est-ce le signe d’un regain de la hantise du déclin ?
      Avant 1914, entre les deux guerres et après 1945, l’anxiété portait essentiellement sur la position internationale de la France. S’y ajoute aujourd’hui une composante interne, la question morale, déclinée sur le mode «c’était mieux avant», «tout fout le camp», «il y a trop d’étrangers»… Nous passons peut-être maintenant de l’idée de déclin à l’idée de décadence.La peur est devenue interne. Peur du chômage, peur pour l’avenir de ses enfants. Certaines de ces peurs étaient présentes dans les crises des années 30, mais de façon plus courte, plus ponctuelle. Aujourd’hui, nous parlons de la crise depuis 1974, depuis quarante ans ! La hantise du déclin entretient l’hypernationalisme, et ces deux phénomènes se conjuguent à droite comme à gauche.Ceux qui s’inquiètent du déclin de la france n’ont pas tort : ils sont simplement en retard. À force de décliner dans tous les domaines, la France est entrée en décadence. Elle est devenue si étrangère à elle-même que ses chances de résurrection paraissent bien faibles.

  • Mellah hocine
    13 janvier 2023 11:20

    Des excuses , vous dites ? Non , c’est plus profond que tout cela Mr Macron.
    Le drame algérien , dû à la colonisation française , est bien plus dramatique que de l’effacer avec de simples excuses. Lorsqu’on déraciné des millions d’algériens de leurs villages, lorsqu’on traîné père , mère et enfant hors des demeures et on leur tire dessus froidement , lorsqu’on brûle villages , troupeaux et autres ressources agricoles, lorsqu’on viole des jeunes filles à peine âgées de 12 ans , lorsqu’on bombarde aveuglement des villages , lorsqu’on torture des personnes ( hommes et femles) en leur introduisant des décharges électriques dans leurs parties intimes , lorsqu’on etale des corps de moudjahiddines, mutilés , sur la place publique pour enfoncer davantage le clou dans les yeux de leurs vieilles mamans , tout cela Mr Macron ne mérite pas que de simples excuses .
    La France doit s’incliner et demander PARDON .
    Dernièrement , les mêmes pratiques françaises ont eu lieu au Mali : Que dire de ces opérations Serval et Barkan ? Paris avait déployé près de 4.500 hommes au Mali, dépensant des sommes colossales dans ses opérations. Malgré cette débauche de moyens, le pays a continué de sombrer face à la menace terroriste. L’armée malienne et ses alliés sont parvenus à de meilleurs résultats en un an, avec des moyens bien plus modestes.
    De quoi s’interroger sur les véritables objectifs de la France au Mali. D’autant que des zones d’ombres persistent sur les activités françaises. Paris a notamment interdit aux forces maliennes de pénétrer dans certaines zones du nord, au mépris de toutes les lois.
    « Une opération comme Serval ne serait plus possible aujourd’hui parce qu’on a vu que c’était un +montage+, quelque chose qui avait été planifié pour pouvoir mettre le Mali sous le joug colonial de la France! La population malienne est aujourd’hui très bien réveillée, très bien informée des intentions de la France »,
    Le colonialisme à une peau dure , Mr Macron.

  • Abdel
    16 janvier 2023 20:59

    Je suis contre toutes relations avec la France, nous insistons au pouvoir algérien de relancer le dossier d’incrimination du colonialisme Français en Algérie.
    Tant que la France n’a pas présenté le pardon aux 7 millions d’Algériens et leurs ayants droit, nous continuerons à juger toute approche avec la France.
    Nous avons en 1994 déposé auprès du Conseil Européen un dossier volumineux pour exiger des dommages sur les massacres, les déportations, les assassinats, le disparitions et les détournements des biens de l’Algérie par la France colonialiste.

Envoyer un commentaire

0Shares