DIA | Pour Rezig, les spéculateurs colporteurs des rumeurs sont derrière les différentes pénuries
65401
post-template-default,single,single-post,postid-65401,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Pour Rezig, les spéculateurs colporteurs des rumeurs sont derrière les différentes pénuries

DIA-23 octobre 2021: Alors que plusieurs produits ont disparu des étalages, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, a indiqué qu’il n’y avait aucune pénurie d’huile de table. Pour le ministre, c’est un déséquilibre entre l’offre et la demande engendré par les spéculateurs, colporteurs de rumeurs. Mieux encore, Rezig a affirmé que “l’huile de table est disponible en quantités suffisantes, mais les rumeurs relayées récemment par les médias sur une éventuelle pénurie ont incité les citoyens à changer leurs comportements de consommation en stockant l’huile de table, d’où cette pression ayant impacté directement le marché”.

Pour rappel, le prix plafonné d’un bidon de 5 litres d’huile alimentaire a été fixé à  650 dinars TTC”, alors que les prix des bouteilles de 2 litres et de 1 litre resteront inchangés à, respectivement, 250 dinars TTC 125 dinars TTC, en vertu d’un décret exécutif publié au journal officiel (JO) 77.

Pour ce qui est de la pomme de terre, dont les prix ont récemment augmenté à 140 Da/kg dans certaines régions du pays, le ministre a expliqué qu’après la levée des mesures de confinement et la réouverture des restaurants et hôtels, des revendeurs “malhonnêtes” ont stocké d’importantes quantités de ce produit à des fins de spéculation, provoquant un déséquilibre entre l’offre et la demande.

Par ailleurs, le ministre a appelé les agriculteurs disposant d’une chambre froide ou d’un entrepôt et tout producteur ou commerçant de gros, voire importateur ou exportateur n’ayant pas déclaré leurs entrepôts auprès des services du commerce à le faire avant le 30 novembre. Dans le cas contraire, ils risquent des sanctions rigoureuses prévues dans le projet de loi sur la spéculation en cours d’élaboration.

Amir Hani

1 Comment

  • Mellah hocine
    23 octobre 2021 14:08

    Le ministre des pénuries jamais jugulees, c’est ainsi que l’on doit nommer ce ministre qui n’arrête pas de tirer sur les autres tout en les menaçant , sans jamais prendre de décisions sur un secteur pris en otage par l’argent facile.
    Pourtant son département ministériel dispose d’un arsenal de contrôle qu’aucun ministère ne dispose, mais du haut de son perchoir ce ministre ne cesse de griller les fonctions des contrôleurs . Ces contrôleurs qui sont sur le terrain afin de stopper cette saignée des prix .
    Le consommateur, lui, ne sait plus où donner de la tête pour trouver une main de sauvetage.

Envoyer un commentaire

0Shares