DIA | Silence de la FIFA après la décision des clubs européens de priver les sélections africaines de leurs internationaux
60118
post-template-default,single,single-post,postid-60118,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Silence de la FIFA après la décision des clubs européens de priver les sélections africaines de leurs internationaux

Spread the love

DIA-19 mars 2021: Des pays européens, à leur tête la France, ont décidé de ne pas libérer les internationaux africains pour disputer avec leurs sélections respectives les matches de qualifications à la CAN-2022. A l’évidence, l’Algérie n’échappe pas à cette “règles”, initiée par la France et suivie par d’autres pays, comme la Grande-Bretagne.

Cette décision ne concernerait que les joueurs africains, alors que les internationaux européens sont autorisés à se rejoindre leurs sélections respectives. Une décision prise par des pays européens devant un silence incompréhensible de la FIFA.

Il y a aussi le silence de la FAF qui n’a pas protesté auprès de la FIFA contre une décision injuste qui va priver la sélection nationale de la quasi-totalité de ses joueurs.

En ce sens, des joueurs comme Benlamri et Slimani (Lyon), Ferhat (Nîmes), Delort (Montpellier) ou encore le gardien de but Oukidja (FC Metz) seront contraints de faire l’impasse sur les deux prochains rendez-vous de l’équipe nationale. Idem pour les deux internationaux algériens de la Premier League anglaise, Riyad Mahrez et Saïd Benrahma, retenus par leurs clubs Manchester City et West Ham en raison des restrictions liées au Covid-19.

Dans une déclaration à la Télévision nationale, le sélectionneur national, Djamel Belmadi, a regretté la décision prise par la Ligue française de football professionnel, de retenir les joueurs internationaux amenés à évoluer hors de l’Union européenne, privant ainsi la sélection algérienne des services de plusieurs éléments, lors des deux derniers matchs des qualifications de la CAN-2021, décalée à 2022.

“C’est un véritable casse-tête. C’est le cas de toutes les sélections africaines, notamment celles majoritairement composées de joueurs évoluant en championnat de France. J’essaye de voir les choses du bon côté dans ce genre de situation, il faut toujours trouver des solutions. Dans ce genre de circonstances, qui a priori paraissent négatives et compliquées, il est toujours important de voir quelles solutions adopter”.    

Pour rappel, l’Algérie qui est déjà qualifiée à la CAN-2022, affrontera la Zambie à Lusaka  (25 mars) et recevra à Blida le Botswana (29 mars). A cet effet, l’équipe nationale entame ce lundi un stage de préparation au Centre technique national de Sidi-Moussa (Alger), avant de s’envoler le lendemain mardi (10h) pour Lusaka, à bord d’un vol spécial.

Qualifiée pour la prochaine CAN au terme des deux précédentes journées disputées en novembre 2020, l’Algérie caracole en tête de son groupe de qualifications avec 10 points, devant le Zimbabwe (5 pts). Le Botswana suit derrière à la 3e place avec 4 points, alors que la Zambie ferme la marche avec 3 unités.

Nassim Fateh

1 Comment

  • Mellah hocine
    20 mars 2021 11:23

    Tout d’abord c’est à la CAF d’intervenir auprès de cette FIFA . Mais le dilimne , c’est Infentino qui a placé le président actuel de la CAF , donc de de côté , il y a rien à attendre. Dorénavant,
    Gardons les pieds sur terre et soyons nous mêmes, tous ces footballeurs qui se retrouvent en France c’est de la faute de nous autres car à l’avenir il faudrait éviter le transfert de tout footballeur africain vers le championnat français où, déjà, le racisme prend de l’ampleur. Un conseil à tous ces footballeurs qui sont en France , faites vos transferts vers d’autres cieux .Le championnat français s’en trouvera toucher.

Envoyer un commentaire