DIA | Yasmina Khadra dénonce les tentatives basses de l’écrivain marocain Tahar Bendjelloun (Vidéo)
59359
post-template-default,single,single-post,postid-59359,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Yasmina Khadra dénonce les tentatives basses de l’écrivain marocain Tahar Bendjelloun (Vidéo)

DIA-05 février 2021: Invité à l’émission de TV5 monde MOE – Maghreb-Orient Express, pour présenter son livre d’entretiens avec Catherine Lalanne “Le Baiser et la Morsure” sorti aux éditions Pocket et l’adaptation graphique de son roman “Dieu n’habite pas à la Havane” est publié aux éditions Michel Lafont, l’écrivain algérien Yasmina Khadra a ouvertement dénoncé les tentatives d’un vainqueur du Goncourt Tahar Benjelloun, de l’empêcher de percer en France.  

“Après vingt ans de silence, ne voyant personne s’assagir et tenter de renoncer à la vilénie, j’ai été contraint de dénoncer les manœuvres inqualifiables d’un écrivain que j’ai toujours respecté et qui s’est avéré être indigne de considération. J’ai nommé Tahar Benjelloun.” a déclaré sur le plateau de TV5, Yasmina Khadra affirmant qu’il est temps de rassurer ses lecteurs et les libraires, qui le défendent contre vents et marées.

L’écrivain marocain avait fait largement circuler la rumeur comme quoi Yasmina Khadra n’est pas le véritable auteur de ses romans.  L’écrivain algérien qui était militaire quand il a commencé clandestinement sa carrière d’écrivain, avait adopté un pseudonyme créé par sa femme. Il explique sa vie cachée d’auteur dans le livre “Le Baiser et la Morsure”.  

Malgré son succès en librairie et chez les lecteurs, Yasmina Khadra est quasiment absent des plateaux de télévisions et des principaux médias français, contrairement aux écrivains marocains Leila Slimani et Tahar Benjelloun.  

Yasmina Khadra, demeure l’écrivain francophone non français le plus traduit dans le monde. Quatre de ses livres ont été adaptés au Cinéma. 

Salim Bey     

4 Comments

  • Nadri
    6 février 2021 11:40

    Ces marocains valets du roi resteront éternellement ennemis des Algériens par leur jalousie. Les Algériens doivent prendre conscience de cette inimitié insane.

  • Mammeri
    6 février 2021 18:05

    Ne doutez pas de vos lecteurs , ils vous connaissent , les lobbies des académies sont connus , parce que votre nom et vos écrits gravitent au plus haut de la fiche et c’est pour qui vous déplacer ces serveurs de sa Majesté au bas de l’échelle

  • Chafik
    6 février 2021 18:21

    Tahar Ben Djalloune? Il manquait une voix au roman de l’algérien Kamal Daoud pour remporter le Goncourt. Tahar Ben Djalloune a voté contre.
    La jalousie, la haine de tout ce qui vient d’Algérie alimente cette rage de Tahar Ben Djalloune et ses acolytes.
    C’est vrai que l’on ne voit plus Yasmina Khadra ni Kamal Daoud encore moins Boualem Sansal.
    Dieu merci Boualem Sansal est plus connu à Berlin qu’à Paris…il devrait écrire en Allemand.
    Quant à Yasmina Khadra merci de mettre ce petit écrivain à sa place.
    Le Maroc ne manque pas de talentueux écrivains…je pense à Driss Chraïbi …mais ils sont morts. Il reste ces Tahar Ben Djalloune, ombrageux, envieux et aigris. Je ne savais pas qu’il répandait ces rumeurs infectes contre Yasmina Khadra.

  • Zino
    6 février 2021 22:30

    Comme d’hab ce mekhazni y met sa touche aussi pour polluer durant ses passages dans les plateaux tv rien ne les arretes si ceux qui les outrepassent culturellement ,scientifiquement ou de simples hirafis sont des algeriens

Envoyer un commentaire

0Shares